Dimanche 23 février 2020 | Dernière mise à jour 17:23

Santé Cancer de l'enfant: étude clinique sous-financée

Certaines cliniques suisses tirent la sonnette d'alarme. Elles manquent de ressources financières dans la recherche contre le cancer chez les enfants.

300 enfants et adolescents reçoivent chaque année un diagnostic de cancer en Suisse.

300 enfants et adolescents reçoivent chaque année un diagnostic de cancer en Suisse. Image: archive/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La recherche clinique pour lutter contre le cancer chez les enfants est sous-financée. Pour trouver des fonds, les milieux concernés lancent une nouvelle campagne de sensibilisation pendant le mois de novembre.

La recherche clinique est complexe et très coûteuse, explique l'organisme de recherche suisse GOPS, qui regroupe neuf cliniques spécialisées dans ce genre de traitement. Dans le cas de GOPS, l'Etat couvre environ 40% des coûts par les aides à la recherche, les 60% restants doivent être financés par des dons.

300 diagnostics par an

Près de 300 enfants et adolescents reçoivent chaque année un diagnostic de cancer en Suisse: quatre enfants et adolescents sur cinq peuvent désormais être guéris. Le taux de survie du cancer dont l'issue était fatale il y a 50 ans dépasse 80 % aujourd'hui. Pourtant, presque chaque semaine, un enfant décède encore de cette maladie sur le territoire helvétique.

Chez les enfants, le cancer est différent et plus rare que chez les adultes. Il arrive aussi qu'ils réagissent différemment aux médicaments et aux méthodes utilisés dans le cadre du traitement. À cela s'ajoute le risque de souffrir d'effets à long terme qui affectent jusqu'à 80% des enfants et adolescents considérés comme guéris.

Industrie pharmaceutique peu intéressée

Le cancer de l'enfant faisant partie des maladies rares, il est nécessaire de disposer d'un nombre relativement important de projets de recherche pour un petit groupe de patients, selon le GOPS.

Cela est très coûteux et trop peu lucratif pour l'industrie pharmaceutique: ce sont donc presque exclusivement des organisations académiques à but non lucratif qui effectuent ce type de recherches. (ats/nxp)

Créé: 01.11.2019, 14h01

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.