Samedi 15 décembre 2018 | Dernière mise à jour 00:05

Football Invasion du terrain: c’étaient les «Pussy Riot»

Le groupe féministe a profité de la finale du Mondial - et de la présence en tribune de Vladimir Poutine - pour se manifester.

Cette activiste de «Pussy Riot» a été évacuée sans ménagements par la sécurité.

Cette activiste de «Pussy Riot» a été évacuée sans ménagements par la sécurité. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On l’a furtivement vu à la télé avant que le réalisateur du match de la finale de la Coupe du monde France - Croatie (4-2) nous propose des plans plus bucoliques: à la 52e minute, le match a été perturbé par l’intrusion de quatre personnes (trois femmes et un homme) sur la pelouse.

Même si l’une d’entre elles a eu le temps de réaliser un «High Five» avec Kylian Mbappé, les intrus ont rapidement été rattrapés par les préposés à la sécurité, aidés par quelques joueurs.

L’action porte la signature des «Pussy Riot», un groupe de féministes qui se bat notamment pour la libération des prisonniers politiques et l’atteinte aux droits de l’homme en Russie.

Les «Pussy Riot» ont publié un communiqué sur leur compte Twitter afin de de revendiquer leur invasion de terrain.

Le groupe réclame notamment la libération du cinéaste ukrainien Oleg Sentsov, qui a été condamné à 20 ans de camp pour «terrorisme» et «trafic d’armes». (nxp)

Créé: 16.07.2018, 10h52

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.