Jeudi 21 juin 2018 | Dernière mise à jour 23:42

Football Ramos: «On dirait qu'on est au funérarium»

Le capitaine de la sélection espagnole (32 ans) a tenté de rassurer en conférence de presse après les nombreux remous de ces dernières heures.

C'était le 7 juin dernier, à l'arrivée de la sélection espagnole en Russie. Le président de la Fédération Luis Rubiales (à g.) et Sergio Ramos (à dr.) étaient encore tout sourire...

C'était le 7 juin dernier, à l'arrivée de la sélection espagnole en Russie. Le président de la Fédération Luis Rubiales (à g.) et Sergio Ramos (à dr.) étaient encore tout sourire... Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«On dirait qu'on est au funérarium», a ironisé le capitaine espagnol Sergio Ramos pour dédramatiser le retentissant limogeage du sélectionneur Julen Lopetegui.

Ramos a cherché à détendre l'atmosphère, jeudi en conférence de presse. «J'aimerais terminer par un sourire parce qu'on dirait qu'on est au funérarium, alors que demain, on commence une Coupe du monde !», a lancé le défenseur du Real Madrid au côté de Fernando Hierro, l'ex-directeur sportif nommé mercredi en remplacement de Julen Lopetegui, limogé séance tenante pour avoir annoncé sa signature au... Real Madrid après le Mondial.

«Il n'y a aucune cassure dans le vestiaire. Tout le monde a son opinion mais tout le monde partage la même idée collective qui est d'aller chercher le titre», a assuré le capitaine de la Roja. «Pour moi, je le reconnais, c'était un moment compliqué, a admis Ramos. Mais il n'y a pas de place pour les états d'âme. Nous devons nous servir de ce qui s'est passé pour grandir.»

Les Portugais restent méfiants

Les Portugais, eux, se méfient toujours autant d'une Espagne annoncée comme favorite au titre. «Peut-être que les Espagnols tireront du positif de tout ceci», a osé le milieu de terrain João Moutinho. «En tout cas, ils vont rester fidèles à leurs principes de jeu.»

Le sélectionneur Fernando Santos abonde dans ce sens. «Je ne sais pas à quoi va ressembler l'équipe qui sera alignée mais elle va faire un grand tournoi. Et nous, nous allons continuer de faire notre travail.»

Et de poursuivre: «Nous allons essayer d'exploiter les failles de l'adversaire, car il n'existe pas d'équipe parfaite. Nous avons nos chances.»

Ce choc du groupe B, la première grosse affiche du Mondial, suivra la première rencontre de la poule entre le Maroc et l'Iran.

(ats/nxp)

Créé: 14.06.2018, 15h25

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.