Mardi 18 décembre 2018 | Dernière mise à jour 17:22

Football Henry est «la pièce parfaite qui manquait»

Le sélectionneur de la Belgique Roberto Martinez a tenu à rendre hommage à son adjoint, la légende française Thierry Henry.

Thierry Henry est devenu l'adjoint de Roberto Martinez en août 2016.

Thierry Henry est devenu l'adjoint de Roberto Martinez en août 2016. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Thierry Henry, la légende des Bleus désormais sélectionneur-adjoint de la Belgique, est «la pièce parfaite qui manquait à notre staff», s'est félicité ce lundi le sélectionneur Roberto Martinez, qui compte sur l'apport du Français pour éliminer la France en demi-finale du Mondial 2018, ce mardi (20 h) à Saint-Petersbourg.

«Il nous amène ce qu'un ancien footballeur d'élite pense. Ensuite c'est un coach, qui par son dévouement, son attention aux détails, essaye d'aider n'importe quel joueur de l'équipe. Il était la pièce parfaite qui manquait à notre staff technique», a salué Martinez, lors de la conférence de presse d'avant-match.

«Durant ces deux dernières années, il nous a amené ce qui nous manquait: l'expérience du niveau international, le savoir-faire pour gagner une Coupe du monde, pour être un footballeur, comment vous devez vous comporter sous le regard du monde entier, et savoir ce que vous ressentez dans ces moments-là», a-t-il ajouté, alors que la génération belge actuelle «n'avait pas de chemin tracé» vers la victoire.

Désormais âgé de 40 ans, Henry, champion du monde 1998, champion d'Europe 2000 et meilleur buteur de l'histoire des Bleus (51 buts en 123 sélections), est devenu à la surprise générale l'adjoint de Roberto Martinez en août 2016.

De son côté, le meneur de jeu des «Diables Rouges» Kevin De Bruyne a salué l'apport du technicien catalan, alors que sa «génération dorée» n'avait jamais été aussi proche d'un titre majeur. «Il nous a rapproché ensemble en nous donnant plus de conviction qu'on pouvait gagner», a déclaré le milieu de terrain de Manchester City. «Peut-être (qu'avant) en Coupe du Monde ou lors des Euros, certains joueurs n'avaient pas du tout ce sentiment.»

«Maintenant, il y a davantage ce sentiment de confiance les uns envers les autres pour être plus performants que jamais. Quand vous êtes arrivés (en demies), vous voulez continuer jusqu'à la fin», a-t-il ajouté.

Fort de cette dynamique, Martinez a exhorté ses joueurs à ne pas manquer l'occasion de marquer l'histoire du sport belge en atteignant la finale du tournoi mondial. «Il s'agit d'une opportunité unique pour toute l'équipe, pour toute la Belgique, pour tout le dur travail qui a été fait, non pas seulement depuis ces deux dernières années, mais depuis ces 10-15 dernières années à développer ces jeunes joueurs», a appelé l'entraîneur espagnol. (AFP/nxp)

Créé: 09.07.2018, 21h03

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.