Lundi 10 décembre 2018 | Dernière mise à jour 00:24

Attractions Europa-Park croise le Moulin Rouge avec... Valérian

Avec la refonte de son quartier français, le parc de loisirs inaugure un grand huit 2.0, à la fois aux couleurs du célèbre cabaret et à celles d’un voyage intergalactique en réalité virtuelle.

Deux manèges en un – une première mondiale – placés au cœur de la fameuse sphère argentée, l’un des édifices les plus emblématiques du parc.

Deux manèges en un – une première mondiale – placés au cœur de la fameuse sphère argentée, l’un des édifices les plus emblématiques du parc. Image: dr

Moulin rouge: 1
Valérian: 0

Un seul grand huit, deux attractions. Ce pari technologique, nous nous sommes bien sûr empressés de le tester, à commencer par sa version classique. La montée en spirale dans le noir, à 45m de hauteur, autour d’un Moulin Rouge stylisé, éclairé de l’intérieur, est déjà impressionnante en soi. Mais la descente, ponctuée de savants éclairages, l’est encore plus avec ce parcours de 900m de long parfaitement fluide, sachant même réserver de belles accélérations. Une véritable prouesse dans l’espace si confiné de la fameuse sphère argentée. Son pendant en réalité augmentée, lui, ne jouit pas de la même réussite. Il réunit même tout ce que l’on peut actuellement craindre d’une telle technologie: une image très pixelisée, limite exécrable, qui se fige à de nombreuses reprises durant le trajet et des bugs en rafale obligeant d’incessants reboots entre deux tours. Total, on en a été pour une grosse nausée à la sortie.

«On savait que la VR allait être l’un de nos plus gros challenges, nous expliquait Michael Mack, juste avant notre test. On développe cette expérience depuis 10 mois et on se rend compte que c’est court pour ce type de technologie. Mais comme ça s’est déjà produit pour d’autres attractions, il nous reste maintenant à améliorer les aspects qui ne fonctionnent pas. Nous restons toutefois confiants. Nous sommes les premiers à utiliser cette technologie et je reste persuadé que d’ici quelques années, elle constituera un élément phare de ce type de parc».

A sa décharge, on rappellera que le «Voletarium», attraction offrant un vol virtuel au-dessus de toute l’Europe, avait, elle aussi, rencontré des soucis techniques au moment de sa mise en route, l’an passé. Alors qu’aujourd’hui, l’expérience est vraiment impressionnante.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Loopings, frissons, dépaysement… Voilà ce que promet Europa-Park depuis son ouverture en juillet 1975, à Rust, près de la frontière franco-allemande, à 1h de route de Bâle. Deuxième plus grand parc de loisirs du continent derrière Disneyland Paris, le site vient de remporter pour la 5e fois d’affilée, devant des cadors américains comme Disney ou Universal, le prix très convoité du « Golden Ticket Award », récompensant le meilleur parc à thème du monde. Soit l’équivalent de l’Oscar du meilleur film ou d’une victoire en finale de la coupe du monde de football. C’est dire si la famille Mack, fabricants de manèges de père en fils depuis 200 ans, et dont les descendants gèrent l’entreprise depuis sa naissance, était sur un petit nuage lors de l’inauguration de la refonte du quartier français, mercredi soir dernier.

Au menu? Deux manèges en un – une première mondiale – placés au cœur de la fameuse sphère argentée, l’un des édifices les plus emblématiques du parc. Jusqu’à présent, le grand huit installé à l’intérieur depuis près de 30 ans, maquillé en navette spatiale, avait permis à plus de 80 millions d’astronautes en herbe d’approcher les étoiles. Aujourd’hui, rebaptisé «Eurosat – Can-Can Coaster», entièrement remis à neuf, il nous plonge dans l’univers du french cancan grâce à un partenariat avec le Moulin Rouge. L’architecture de la nouvelle façade est d’ailleurs maintenant ornée d’une reproduction fidèle de l’édifice parisien, tel qu’il éclairait déjà la butte Montmartre durant la belle époque.

Mais si côté face, les nuits de Pigalle sont à l’honneur, côté pile, le même grand huit propose également «Eurosat – Coastiality», un voyage intergalactique en réalité virtuelle dans l’univers du film de Luc Besson, «Valérian et la cité des mille planètes».

Photo de famille sous les couleurs du Moulin rouge et un soupçon de Luc Besson au centre.

Ainsi, en passant par une gare distincte, les visiteurs enfilent un casque VR et se retrouvent plongés dans l’environnement du film. D’abord dans une salle reproduisant la gare elle-même, de manière à pouvoir y évoluer librement en compagnie des autres participants apparaissant sous forme d’avatars puis de grimper dans les wagons afin d’effectuer, toujours le casque sur la tête, le même parcours mais cette fois au cœur d’une des scènes emblématiques du film, dans le gigantesque marché de la planète Kirian, peuplé de dizaines de créatures différentes. Une nouvelle technologie baptisée «Roam & Ride» qui associe la réalité virtuelle à un tour de roller-coaster. Là encore, une première mondiale.

Redynamiser le quartier français

«Le grand huit conçu par mon père, Franz, arrivait en fin de vie, expliquait Jurgen Mack, copropriétaire du parc et responsable des finances, lors d’une conférence de presse donnée mercredi en grandes pompes, d’ailleurs inaugurée par les véritables danseuses du Moulin Rouge. Il s’agissait alors de savoir si on le rénovait ou si l’on changeait de concept. On a opté pour la seconde solution en partant sur une association avec le Moulin Rouge, une idée formidable pour redynamiser le quartier». Le célèbre cabaret allié à des montagnes russes? Le rapport ne coule pas de source, mais Jean-Victor Clérico, directeur général de l’emblème parisien de la fête et du divertissement, était là pour nous éclairer: « En 1889, les pères fondateurs du Moulin Rouge avaient imaginé un pôle ludique à l’endroit où siège maintenant le cabaret. Un pôle qui contenait donc cette salle révolutionnaire pour l’époque, mais aussi des terrasses, des jardins, un théâtre ouvert et, tenez-vous bien: un grand huit!».

La transformation de l’Eurosat n’a toutefois pas été une mince affaire. « Il a fallu sortir l’ancien par une petite ouverture pratiquée dans le haut de la sphère, explique Michael Mack, petit-fils de Franz et associé-gérant du parc. Une grande aurait rendu la structure de l’édifice trop fragile. Ça a été compliqué mais nécessaire afin d’introduire des rails dernier-cri, une nouvelle technologie… » Notamment un aiguillage rotatif à 5 axes, extrêmement rapide et précis, permettant d’alterner entre les wagons du Moulin Rouge et ceux associés à l’expérience VR.

Une combinaison du grand huit à la réalité virtuelle

Objectif? Moderniser l’ensemble mais aussi procurer des sensations améliorées, des virages moins rudes, des freinages plus doux… «J’avais 8 ans lorsque l’attraction à ouvert, se souvient Thomas Mack, associé gérant du parc. Avec mon grand frère, Michael, on avait passé une journée à le tester avec l’équipe technique. Le soir, en allant me coucher, je saignais du nez tellement j’avais été secoué».

Après l’incendie, l’heure est à la reconstruction

Ailleurs dans le parc, des familles se reposent à l’ombre des allées boisées tandis que plus loin, résonnent les cris des amateurs de frissons, notamment aux abords du «Silver Star», le grand huit aux 73 mètres de haut et aux pointes à 127 km/h. Le coup dur du 26 mai dernier semble oublié. Ce jour-là, un immense incendie s’était déclaré en fin de journée, déclenchant l’évacuation de 25'000 personnes. Aucun blessé n’avait heureusement été à signaler parmi le public mais l’attraction «La grotte des pirates», ainsi que le quartier Scandinave, avaient été totalement détruits. «Un jour triste», qualifiait Michael Mack sur Twitter le jour du drame. «Tout reste à reconstruire», nous confie-t-il aujourd’hui.

Avec ses 95 hectares de superficie, regroupant plus de 100 attractions réparties en différentes zones thématiques rendant hommage à différents pays du vieux continent, Europa-Park attire chaque année des millions de visiteurs. Ils étaient 5,7 en 2017. Mais pour rester compétitif, le site se doit d’innover constamment avec de nouvelles attractions. Si celle de l’Eurosat est déjà conséquente, elle fait pourtant pale figure comparée à ce que la famille Mack nous réserve pour l’an prochain: l’ouverture d’une extension de 45 hectares destinée à plonger les visiteurs dans un tout autre monde, aquatique cette fois, avec 25 attractions rassemblées sous un gigantesque dôme en forme de coquillage. «Rulantica», c’est son nom, abritera ainsi notamment 17 toboggans, la plus grande piscine à vagues d’Allemagne et une rivière de détente. Le tout sous 8 thématiques inspirées des pays nordiques. Voilà 20 ans que la famille Mack songe à ce projet. (Le Matin)

Créé: 16.09.2018, 12h08

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.