Samedi 21 avril 2018 | Dernière mise à jour 12:54

Enchères Record: 450,3 millions de dollars pour un de Vinci

«Salvator Mundi», du peintre italien Léonard de Vinci, a été vendu aux enchères à New York pour 450,3 millions de dollars.

«Salvator Mundi» de Léonard de Vinci est désormais le tableau le plus cher du monde. (Mercredi 15 novembre 2017)
Vidéo: AFP

Un de Vinci adjugé 450,3 millions de dollars (Video: AFP )

Le top 10 des tableaux les plus chers

1 - «Salvator Mundi» de de Vinci, 450,3 millions de dollars
2 - «Les Femmes d'Alger» de Picasso, 179,4
3 - «Nu couché» de Modigliani, 170,4
4 - «Trois études de Lucian Freud» de Bacon, 142,4
5 - «Le Cri» de Munch, 119,9
6 - Un tableau sans titre de Basquiat, 110,5
7 - «Nu au plateau de sculpteur» de Picasso, 106,4
8 - «Silver Car crash» de Warhol, 105,4
9 - «Garçon à la pipe» de Picasso, 104,2
10 - «Nurse» de Lichtenstein, 95,37

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un tableau de Léonard de Vinci a pulvérisé jeudi à New York le record de la toile la plus chère au monde. Le «Salvator Mundi» est au coeur d'une bataille entre le milliardaire russe Dmitri Rybolovlev et le marchand d'art genevois Yves Bouvier.

Au terme d'une séquence échevelée de 19 minutes chez Christie's, les enchères ont démarré à 70 millions de dollars, et ont ensuite monté pas moins de 53 échelons jusqu'à 400 millions de dollars, devenus 450,3 millions (445,4 millions de francs) avec commissions, frais et taxes.

«Salvator Mundi», dernier tableau du maître encore en possession d'un collectionneur privé, a laissé loin derrière «Les Femmes d'Alger (version 0)», de Pablo Picasso, vendu 179,4 millions de dollars en 2015. Les responsables de Christie's ont refusé de donner toute information relative à l'acheteur ainsi qu'aux autres enchérisseurs, si ce n'est pour dire qu'ils venaient du monde entier.

«Largement à la valeur payée»

Le «Salvator Mundi» était jusqu'ici propriété de Dmitri Rybolovlev, qui est engagé dans un bras de fer judiciaire contre le marchand d'art Yves Bouvier. L'oligarque exilé, président du club de football de l'AS Monaco, estime avoir été floué par le Genevois, qui lui avait procuré toute sa collection et vendu la toile de Vinci pour 127,5 millions de dollars.

M. Rybolovlev l'accuse d'avoir empoché une plus-value cachée exorbitante de 47,5 millions de dollars sur cette peinture négociée 80 millions d'euros, au lieu d'une commission. Au total, il chiffre son préjudice à un milliard de dollars et a porté plainte pour escroquerie en janvier 2015 contre Yves Bouvier.

«J'avais cru comprendre que Dmitri Rybolovlev se plaignait d'avoir été escroqué par M. Bouvier qui lui aurait survendu des toiles avec des marges délirantes. La vente démontre que ce que Yves Bouvier lui avait fait acheter était largement à la valeur qu'il avait payée», a rétorqué l'avocat du Suisse, Francis Szpiner.

Cette vente «restaure en partie la valeur de la collection d'art» de Dmitri Rybolovlev, a pour sa part affirmé un conseiller du Russe, Sergey Chernitsyn. «Cet événement conforte les sociétés de la famille Rybolovlev dans le cadre des procédures judiciaires qu'elles ont initiées en leur qualité de victimes présumées de l'escroquerie choquante commise par M. Yves Bouvier, qui se présentait comme intermédiaire, conseiller et ami», a-t-il ajouté.

Acheté 45 livres en 1958

La maison d'enchères avait estimé à 100 millions de dollars la valeur de cette toile de 65 cm sur 45 cm, vendue pour 45 livres britanniques seulement en 1958, bien avant qu'elle n'ait été reconnue comme un authentique «Leonardo», en 2005.

S'il est impossible de le déterminer avec certitude, il semble que «Salvator Mundi» soit devenu le tableau le plus cher de l'histoire toutes ventes confondues, y compris hors enchères.

Deux tableaux, un De Kooning et un Gauguin, cédés dans le cadre de ventes privées en 2015 pour 300 millions de dollars chacun selon plusieurs médias américains, étaient jusqu'ici considérés comme les plus onéreux au monde.

Histoire extraordinaire

L'histoire de cette toile, peinte autour de 1500 par Léonard de Vinci (1452-1519), est hors du commun. Elle a notamment été longtemps propriété des rois d'Angleterre, et a disparu pendant plus de cent ans, avant de réapparaître à la fin du XIXe siècle.

Depuis son authentification, en 2005, quelques spécialistes ont émis des réserves sur le rôle qu'a effectivement joué Léonard de Vinci dans sa conception.

Une valeur «surfaite» et «surréaliste»

Pour Nicolas Galley, directeur du programme d'études en marché de l'art de l'Université de Zurich, le prix final attribué à ce tableau est «surfait» et «un petit peu surréaliste». Interrogé sur les ondes du 12h30 de la RTS, il estime que l'oeuvre est de «faible qualité» et qu'elle pose en plus des «problèmes de restauration».

Il reconnaît toutefois qu'il est difficile d'estimer les tableaux de Léonard de Vinci, tant ils sont actuellement rares sur le marché. Nicolas Galley ajoute aussi que Christie's «a poussé énormément les stratégies marketing» et «fait beaucoup de publicité» autour de la valorisation de cette oeuvre. (afp/ats/nxp)

Créé: 16.11.2017, 06h11

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters