Jeudi 21 novembre 2019 | Dernière mise à jour 12:35

Gaming À quoi tu joues ce week-end? «Call of»?

Il y a du lourd à lancer sur PC et consoles dès vendredi , dont un certain «Call of Duty - Modern Warfare». Mais pas que.

Mais, mais, mais, quel jeu nous fait de l’œil ainsi?

Mais, mais, mais, quel jeu nous fait de l’œil ainsi? Image: DR

Si vous voulez «Call of» en version française...

Mauvaise surprise avec «Cod - Modern Warfare» lorsqu'il est joué en dématérialisé depuis une console en Suisse: après un looooong téléchargement, le jeu n'offre que d'être pratiqué en anglais (avec ou sans sous-titres... anglais) ou en allemand (avec ou sans sous-titres allemands).

Voilà qui n'arrange pas les bidons des joueurs romands qui seront heureux d'apprendre qu'il existe pourtant bien une version entièrement doublée (et sous-titrée) en français. Mais pour l'obtenir, il faut que la France soit choisie dans les options régionales de la console et non la Suisse (même si on précise que la langue préférée est le français).

La bonne nouvelle est donc qu'il y a une solution au problème. La mauvaise est qu'il faut obligatoirement tout effacer et tout retélécharger après avoir changé les paramètres régionaux pour enfin entendre nos vaillants soldats mourir dans la langue de Voltaire. Et télécharger pour la deuxième fois un gros paquet qui dépasse allègrement les 120 Go, ça peut faire légitimement râler. Surtout lorsqu'on ne bénéficie pas d'une vitesse d'accès à internet du feu de Dieu.

Et si vous souhaitez plutôt jouer en anglais mais avec le soutien de sous-titres français (plutôt qu'anglais), vous pouvez marquer «dommage».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?


«Call of Duty - Modern Warfare»

Ce «Call of » là, c'est l'éléphant dans la pièce, la superproduction qui a asséché l'air ces derniers jours, le big bang de l'automne tant il promet. Promesses liées à un tout nouveau moteur graphique et au retour d'un tant regretté mode solo, sacrifié l'an dernier pour des tas de mauvaises raisons. Les fans, que l'on sait nombreux, se seront jetés dessus dès son déblocage dans la nuit du 24 au 25 octobre et les premières impressions tombent en masse.

Notre conseil est pourtant qu'il est urgent d'attendre. Attendre que la hype soit retombée, que les tests sérieusement argumentés aient le temps de sortir de la glaise numérique et surtout d'attendre ne serait-ce que pour vérifier qu'Activision, éditeur aux pratiques douteuses ces dernières années, n'a pas ruiné le gameplay de sa poule aux œufs d'or avec des micro-transactions louches et autre incitations à sortir sa carte de crédit après avoir déjà payé plein pot un jeu triple A.

Car entre les belles lettres d'intention la bouche en cœur et certaines réalités quelques semaines après un lancement en fanfare, il y a parfois tout un monde.

«Call of Duty- Modern Warfare», Infinity Ward/Activision. Sur Xbox, PS4 et PC Windows.


«The Outer Worlds»

Sortie officielle ce vendredi également pour «The Outer Worlds» un jeu de rôle-action orchestré par une équipe qui avait bâti sa réputation notamment en concevant «Fallout - New Vegas», considéré encore aujourd'hui comme la meilleure variante autour de la franchise «Fallout». Tout cela nous laisse sur un a priori favorable, qu'il s'agira aussi de confirmer sur la durée. Cela dit, les souscripteurs au service Game Pass peuvent s'y risquer sans se ruiner puisque le jeu est intégré dès son lancement dans le catalogue du «Netflix du jeu vidéo» de Microsoft (sur PC et sur Xbox).

«The Outer Worlds», Obsidian Entertainment/Private Division. Sur PS4, Xbox, PC Windows. Version Nintendo Switch prévue ultérieurement.


«Felix the Reaper»

Autre jeu, plus modeste certes, proposé sur le Game Pass de Microsoft, mais aussi en vente à l'unité sur PS4, Steam (PC) et Nintendo Switch, «Felix the Reaper» (Felix le faucheur) est un jeu de réflexion sympathique conçu par une petite équipe réunie sous le drapeau danois.

Sur une carte isométrique, le joueur doit déplacer un apprenti guide des morts dont la particularité est d'être un danseur hors pair bien qu'étant en surpoids et solidement amoureux. Ce dernier ne peut cependant se mouvoir que dans l'ombre portée des objets présents sur la carte. Génial? On n'ira pas jusqu'à affirmer cela mais on reste néanmoins sous le charme de ce rondouillard qui ne peut plus se tenir dès que la musique (souvent issue de la scène electro danoise) l'emporte.

«Felix The Reaper», Kong Orange/Daelic. Sur Xbox One, PS4, PC Windows, Switch.


«Luigi's Mansion 3»

Prétendant au titre de la plus importante exclusivité de fin d'année sur Nintendo Switch, «Luigi's Mansion 3» sort, lui, la semaine prochaine, le 31 octobre pour être précis. C'est râpé pour ce week-end donc. On s'attendait à un jeu au concept éprouvé (Luigi, équipé d'un aspirateur couteau suisse, part à la chasse aux fantômes), mitonné aux petits oignons «Nintendo's Style», parfaitement calibré pour les enfants de 7 à 77 ans et c'est exactement ce que nous avons au niveau actuel de notre progression.

A défaut d'être follement originale, la firme de Kyoto nous distille une nouvelle potion d'excellence dont le secret est jalousement gardé.

«Luigi's Mansion 3», Next Level Games/Nintendo. Sur Switch


«Ring Fit Adventure»

Voilà autre chose: après avoir voulu nous convertir au sport entre quatre murs sur la Wii avec ses manettes à reconnaissance de mouvements puis avec un pèse-personne pilate, Nintendo revient à la charge avec «Ring Fit Adventure»; pour la Switch cette fois.

Le truc trouvé par Mario pour faire fondre la graisse et les brioches puis renforcer le gainage à tous les étages est d'associer un accessoire à un logiciel qui permet de «gamifier» l'expérience sportive. L'accessoire, c'est un cercle certes souple mais d'une robustesse irréprochable sur lequel se greffe la demi-manette de la Switch (l'autre étant collé à une des cuisses du joueur par une bande velcro). Le logiciel enregistre tout ce que les capteurs Joy-con peuvent produire (battement du cœur compris) et intègre les mouvements dans une sorte de jeu de rôles pour débutants.

Cela peut paraître un peu cul-cul voire un peu con-con mais cette simplicité n'est qu'une façade. Il y a un travail fou derrière. On peut préférer à «Ring Fit Adventure» un footing dans les vignes de Lavaux ou tout autre endroit bucolique de notre beau pays. Mais comme alternative à des sessions en salle, ça se discute.

«Ringfit Adventure», Nintendo. Sur Switch.

JChC

Créé: 25.10.2019, 15h32

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.