Jeudi 13 décembre 2018 | Dernière mise à jour 06:59

Révélations Le dernier scoop du «Matin»

En 2010, notre feuilleton sur Régis était dans toutes les conversations. Mais la fin de notre poussin n’avait jamais été racontée. Il est temps de passer aux aveux.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nul. Méprisable. Du sous-journalisme! Sympa. Original. Décalé. Publié en 2010 dans nos colonnes, le feuilleton pascal autour de Régis le poussin avait eu un retentissement étonnant. On adorait. Ou on détestait. Mais on en parlait. Classée secret-défense, la fin du poussin n’a cependant jamais été révélée. À l’heure de la dernière heure du Matin qu’on imprime, nous vous devons la vérité. On a un aveu à vous faire. Et un scoop à vous livrer.

Sexage et dinosaure

Pour ceux qui seraient passés à côté du phénomène (vous étiez en prison?), resituons l’histoire. Le Matin avait décidé de suivre pas à pas, patte à patte, un poussin d’une expo du Musée d’histoire naturelle de Fribourg, organisée à la veille de Pâques, dans laquelle des poussins voient le jour. De la naissance de Régis jusqu’à Pâques, nous avions publié un feuilleton quotidien humoristico-didactique abordant, dans le désordre, la biologie de la poule, les traditions pascales, le sexage des poussins dans l’industrie ou leur parenté avec les dinosaures. Le tout principalement porté par une photographe virevoltante et deux rédacteurs, dont le soussigné.

L’aveu, d’abord. Le programme des opérations avait été confié à votre serviteur. Qui s’est piteusement emmêlé dans les dates, infoutu de pointer Pâques sur un calendrier. Le feuilleton a donc débuté une semaine trop tôt. Il devait durer dix jours, il s’est étalé sur plus de deux semaines… Résultat: nous avons dû nous montrer créatifs dans les angles proposés. Mais nous avons aussi parfois un brin tiré à la ligne – pas sûr que l’épisode «Régis boude» soit enseigné dans les écoles de journalisme. Mais au final, cette lamentable bourde a donné de l’ampleur à la saga et peut-être contribué à son succès.

Happy End provisoire

Le dernier épisode est paru le 4 avril 2010. Grâce au Signal de Bougy nous avions pu éviter à Régis un destin de nugget. Le parc vaudois l’avait accueilli avec trois de ses potes à plumes fribourgeois et le traitait aux petits oignons. Les enfants venaient en masse admirer le poussin. Car c’était une vedette. Et aussi parce qu’il était «trop chou». Happy End. Ou presque.

Quelques semaines plus tard une idée logique naissait dans la rédaction. Et si nous retournions voir Régis pour donner de ses nouvelles à nos lecteurs? Ni une ni deux, l’estimé corédacteur de la série était sur place. Où il a eu l’effroyable surprise de trouver notre mascotte… dans un congélateur. Froid, ça va sans dire.

Drame de l’obésité

Que s’était-il passé? En grandissant il est vite apparu que Régis appartenait à une race à viande. Pour être clair, l’adorable boule jaune était devenue une volaille obèse souffrant de méchants problèmes de mobilité. Pour couronner le tout il était brutalisé par d’autres volatiles de la basse-cour, probablement jaloux de sa notoriété. Ce n’était pas une vie. Le parc n’a pas eu le choix.

Une réunion au sommet a alors eu lieu, avec la rédaction en chef et même, si notre mémoire ne nous trompe pas, des représentants de la sécurité intérieure. Il a alors été décidé de taire la fin de Régis. Pour ne pas briser des cœurs d’enfants. Comme pour éviter toute éventuelle flambée de violence, le sujet étant infiniment émotionnel, on ne sait jamais.

Voilà, vous savez tout. C’est triste, la fin d’un poussin. Mais ce n’est rien comparé à la mort d’un canard. (Le Matin)

Créé: 21.07.2018, 12h14

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.