Jeudi 17 janvier 2019 | Dernière mise à jour 07:19

Archéologie Découverte archéologique «exceptionnelle» à Genève

A Genève, le chantier de l'esplanade Saint-Antoine a mis à jour des vestiges archéologiques, dont des sépultures. Les travaux de réaménagement sont suspendus.

Jean Terrier, archéologue cantonal.

Jean Terrier, archéologue cantonal. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A Genève, le chantier de réaménagement de l'esplanade Saint-Antoine est actuellement en suspens. Le lieu renferme dans son sous-sol d'importants vestiges archéologiques, dont des sépultures, et les travaux ne reprendront qu'une fois les fouilles terminées.

«Il s'agit d'une découverte exceptionnelle», s'est enthousiasmé mardi devant la presse Jean Terrier, archéologue cantonal. La zone concernées se situe à la frontière entre la ville ancienne et la ville nouvelle, sur le front des fortifications érigé au 14e siècle.

Ces vestiges sont extrêmement intéressants, a poursuivi M. Terrier. Les archéologues pensent notamment avoir découvert les restes de l'ancienne église de Saint-Laurent, datant du 6e ou 7e siècle et mentionnée dans des textes au 12e siècle. L'édifice sera détruit vers les années 1530 pour les besoins de la défense de la ville.

De nombreuses tombes ont également été mises à jour, dont les plus anciennes datent du 6e siècle. Certaines dépouilles, déposées en pleine terre, ont également été exhumées. Selon les spécialistes, il s'agit probablement de victimes de la peste, enterrées à l'époque sur les éléments défensifs, à l'écart de la cité.

Ces découvertes vont retarder les travaux de réaménagement de l'esplanade Saint-Antoine, a relevé le conseiller d'Etat François Lonchamp. Les vestiges feront l'objet d'analyses en laboratoire et les résultats vont figurer dans des publications à destination du public.

L'esplanade Saint-Antoine va être réaménagé en promenade. Initialement, le lieu devait accueillir un projet artistique intitulé les Réverbères de la mémoire, en souvenir du génocide arménien. L'idée d'installer cette oeuvre à cet endroit a toutefois été abandonnée en raison de trop nombreuses oppositions. (ats/nxp)

Créé: 28.08.2012, 15h31

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters