Samedi 24 août 2019 | Dernière mise à jour 01:13

BD Gagnez l'extraordinaire nouvel album de Blake et Mortimer

«Le Dernier Pharaon» est une aventure hors du commun qui bouleverse les codes de l'univers de Jacobs. Époustouflant!

La bande-annonce du «Dernier Pharaon». Vidéo: © 2019 - Éditions BLAKE & MORTIMER - Studio Jacobs (Dargaud-Lombard s.a.)


Concours

«Les aventures de Blake et Mortimer: Le Dernier Pharaon»
Par Schuiten, Van Dormael, Gunzig et Durieux
Ed. Blake et Mortimer
92 pages
Pour gagner l'un des dix albums en jeu, cliquez ici.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Attention! Ne vous attendez pas à découvrir un Blake et Mortimer traditionnel, dans lequel scénariste et dessinateur tentent d'imiter le style narratif et graphique d'Edgar P. Jacobs. Cette nouvelle aventure, qui sort ce 29 mai, est tout à fait hors normes. Pour la première fois, un auteur s'empare de cet univers en l'incorporant au sien. Ce «Dernier Pharaon» est la collision de «Blake et Mortimer» avec les «Cités obscures»: un choc qui, telles deux étoiles fusionnant, provoque un phénomène unique et éblouissant.

Suite du «Mystère de la grande pyramide»

En feuilletant l'album, la première impression est perturbante, tant le style de François Schuiten est différent de celui de Jacobs. Mais dès l'entame de la lecture, la première case vous aspire carrément au cœur de la grande pyramide. On y est, en compagnie de nos deux héros qui se réveillent, ayant oublié la majeure partie des événements qui se sont déroulés dans le diptyque de Jacobs, «Le mystère de la grande pyramide». François Schuiten, qui a récemment participé à la mission Scan Pyramids consistant à sonder les monuments égyptiens avec les technologies les plus modernes, ne pouvait que partir de ce double album pour raconter sa propre aventure de Blake et Mortimer. Et quand il a découvert dans l'une des notes du créateur des deux héros, disparu en 1987, que celui-ci avait eu l'intention d'écrire une histoire pour ses personnages ayant pour décor le Palais de justice de Bruxelles, il y a vu comme un signe. Car ce monument mégalo qui domine Bruxelles est au cœur de «Brüsel», l'un des tomes de la série des «Cités obscures» que le dessinateur belge anime avec Benoît Peeters (on retrouve d'ailleurs dans «Le dernier pharaon» la maquette géante de la ville qui figure dans «Brüsel»).

La première case de l'album nous replonge bien des années en arrière. © 2019 - Éditions BLAKE & MORTIMER - Studio Jacobs (Dargaud-Lombard s.a.)

Nos deux héros à peine sortis de la grande pyramide, Schuiten nous projette quelques années plus tard et face à cet édifice bruxellois. Cela devient évident: le palais de justice est aussi mystérieux et chargé d'énergie que l'est la grande pyramide de Khéops. Mortimer pourrait d'ailleurs tout à fait être un personnage des «Cités obscures», l'archiviste, le gardien de la Tour ou même l'urbatecte Eugen Robick. Il en a le physique et est un homme de savoir. Il lui manque juste cette folie, ce décalage qui anime les héros des Cités. Schuiten, secondé au scénario par le cinéaste Jaco Van Dormael («Toto le héros», «Le dernier jour») et le romancier Thomas Gunzig, trouve l'astuce. Hanté par des cauchemars, le fameux professeur a, selon les dires de ses pairs, «perdu depuis longtemps toute crédibilité».

Blake le revenant

Cela constitue un bouleversement majeur dans l'oeuvre de Jacobs, mais Schuiten ne s'arrête pas là. Il va carrément déclencher un cataclysme et détruire son propre univers, anéantir Bruxelles. Le seul homme capable de trouver un moyen de sortir de toute cette folie est justement celui qu'on dit fou, Mortimer. Et Blake dans tout cela? Lui, le militaire, l'homme du contre-espionnage n'est clairement pas un personnage des «Cités». C'est un capitaine d'ailleurs un peu fantomatique (avec moustache et cheveux blancs) qui traverse cette aventure, mais son rôle est important: c'est lui qui gagne du temps pour Mortimer.

Blake et Mortimer ont pris quelques années et se sont brouillés. © 2019 - Éditions BLAKE & MORTIMER - Studio Jacobs (Dargaud-Lombard s.a.)

N'en dévoilons pas trop, pour ne pas gâcher le plaisir d'un album vraiment étonnant. Signalons tout de même que Schuiten a demandé au graphiste Laurent Durieux de réaliser les couleurs et cela donne un impact visuel incroyable. François Schuiten nous dévoilera les coulisses de cet album dans une interview que nous publierons lundi 3 juin sur ce site.

Créé: 29.05.2019, 06h43

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.