Jeudi 9 avril 2020 | Dernière mise à jour 00:38

Cinéma A Cannes, l'heure du verdict a sonné

Le 72e Festival de Cannes dévoile samedi soir son palmarès et sa Palme d'or, au terme d'une compétition de très bon niveau.

Portables confisqués, villa secrète, le jury délibère

Le jury du 68e Festival de Cannes entrera samedi matin en conclave pour décider du palmarès. Il ne réapparaîtra qu'en début de soirée pour le dévoiler. Selon le règlement, le jury doit «obligatoirement» attribuer sept prix: la Palme d'or, le Grand Prix, les prix de la mise en scène, du jury, du scénario et les prix d'interprétation féminine et masculine. Le palmarès ne peut comporter qu'un seul prix ex æquo et cette disposition ne peut s'appliquer à la Palme d'or. Autre point incontournable: un même film ne peut recevoir qu'un seul des prix du palmarès. Cependant, le prix du scénario et le prix du jury peuvent être associés à un prix d'interprétation, mais uniquement sur dérogation du président du Festival, Pierre Lescure. Par tradition, un seau à champagne fait office d'urne: les jurés y déposent un petit papier plié en quatre. Les décisions sont prises à la majorité absolue des votants aux deux premiers tours de scrutin et à la majorité relative aux tours suivants. Pierre Lescure et le délégué général Thierry Frémaux assistent aux délibérations mais ne prennent pas part au vote.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après douze jours de festival, le jury présidé par le Mexicain Alejandro Gonzalez Iñarritu devra désigner parmi les 21 films en compétition celui qui succèdera à «Une affaire de famille» du Japonais Hirokazu Kore-Eda, Palme d'or l'an dernier.

Comme chaque année, le jury se retirera samedi matin dans un lieu tenu secret pour délibérer. Au terme d'une compétition relevée dans laquelle concouraient Quentin Tarantino, Terrence Malick ou Ken Loach, plusieurs favoris semblent se dégager.

Parmi eux, «Parasite», drame familial et thriller sur les inégalités sociales du Sud-Coréen Bong Joon-ho, remporte l'adhésion de la presse. Cette oeuvre, qui mêle avec virtuosité les genres cinématographiques tout en tenant le spectateur en haleine, tient la corde dans le panel de dix critiques internationaux de la revue spécialisée Screen, avec une note de 3,5 (sur 4).

«Je pense que Parasite pourrait se démarquer, parce qu'il offre à la fois beaucoup de cinéma, c'est-à-dire de mise en scène, un regard sur un pays - la Corée - et sur la famille», estime le critique de France Inter Laurent Delmas. Mais «Douleur et gloire» de Pedro Almodovar est également en très bonne position.

Portrait très personnel et émouvant d'un cinéaste en crise, avec Antonio Banderas dans le rôle principal, le 21e film du réalisateur espagnol, qui tente pour la sixième fois la Palme d'or, est en deuxième position ex-aequo pour le panel de Screen (noté 3,3). Onze critiques français sur 15 interrogés par le Film français considèrent également que ce film, déjà sorti en France, vaut une Palme d'or (contre dix sur 15 pour «Parasite»).

Banderas, Haenel et Merlant

Ex-aequo avec Almodovar pour Screen (3,3), «Portrait de la jeune fille en feu» de la Française Céline Sciamma, histoire d'amour entre une peintre et son modèle au XVIIIe siècle et l'un des quatre films de la compétition réalisés par des femmes, a aussi de fervents défenseurs.

D'autres films, qui ont plu aux critiques, pourraient tirer leur épingle du jeu: parmi eux, «Once Upon a Time... in Hollywood» de Quentin Tarantino (3,0), l'histoire d'un acteur et de sa doublure dans le Los Angeles de 1969, incarnés par Leonardo DiCaprio et Brad Pitt, «Atlantique», histoire d'exil et de fantômes au Sénégal de la nouvelle venue Mati Diop (2,8) ou encore «Le lac aux oies sauvages» de Diao Yinan, polar chinois qui modernise les codes du film noir (2,7).

Mais des surprises ne sont pas à écarter, alors que le choix du jury est loin de toujours suivre celui de la critique. L'an dernier, l'un des chouchous de la presse, le Sud-Coréen «Burning» de Lee Chang-dong, était par exemple reparti bredouille.

Parmi les autres films qui pourraient séduire le jury figurent «Le Traître» de Marco Bellocchio, sur l'histoire du premier grand repenti de la mafia sicilienne, «Une vie cachée» de Terrence Malick, sur un paysan autrichien exécuté par les nazis, ou encore «Les Misérables» du Français Ladj Ly, sur les violences policières dans les banlieues. Les prix d'interprétation seront aussi très disputés.

Pour les hommes, Antonio Banderas en cinéaste vieillissant dans «Douleur et Gloire», Pierfrancesco Favino en repenti chez Bellocchio, Roschdy Zem en commissaire de police plein d'humanité dans «Roubaix, une lumière» d'Arnaud Desplechin, ou encore Brad Pitt et Leonardo DiCaprio chez Tarantino ont toutes leurs chances.

Chez les femmes, Adèle Haenel et Noémie Merlant dans «Portrait de la jeune fille en feu» pourraient l'emporter ex aequo, à moins que le jury ne fasse un autre choix en sacrant l'Autrichienne Valerie Pachner dans «Une vie cachée» ou encore la Franco-Belge Virginie Efira dans «Sibyl» de Justine Triet. L'an dernier, les prix d'interprétation étaient revenus à l'Italien Marcello Fonte dans «Dogman», et la Kazakhe Samal Yeslyamova dans «Ayka». (afp/nxp)

Créé: 25.05.2019, 04h40

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.