Jeudi 21 novembre 2019 | Dernière mise à jour 12:53

Stockage Superman sauvegardé pour 1000 ans sur un disque de verre

Microsoft et la Warner se sont associés pour développer une nouvelle technologie permettant de conserver films et séries.

L'acteur Christopher Reeves, qui jouait Superman en 1978, est décédé en 2004, mais son film devrait survivre des centaines d'années.

L'acteur Christopher Reeves, qui jouait Superman en 1978, est décédé en 2004, mais son film devrait survivre des centaines d'années. Image: Warner Bros

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Plus fort que de la kryptonite et pourtant ce n'est que du verre. Le film «Superman» réalisé par Richard Donner en 1978 vient d'être stocké dans un support de verre qui devrait le protéger pour au moins 1000 ans. La Warner Bros, qui possède les droits du film, s'est associée au géant de l'informatique Microsoft pour présenter cette nouvelle technologie lundi en Floride.

Cette plaque en verre de silice, nommée Task Silica, est un carré de 7,5 cm de côté pour 2 mm d'épaisseur et peut contenir 75 Go de données. Et ce verre a, dit l'un des chercheurs de Microsoft au magazine «Variety», une très longue durée de vie. Pour tester sa résistance, les scientifiques ont plongé ce support dans de l'eau bouillante, l'ont cuit dans des fours, passé au micro-ondes et rayé avec de la paille de fer sans que les données contenues ne subissent le moindre dommage. Cela reste toutefois du verre et un bon coup de marteau peut le briser.

20 millions d'archives

Cela fait trois ans que Microsoft planche sur un support pour ce que l'on appelle les données froides. Ce sont celles dont on n'a pas besoin immédiatement (donc qu'il est inutile de stocker dans des serveurs informatiques) mais qu'on est susceptible d'utiliser dans des mois, voire des années. Un concept qui parle totalement à la Warner qui possède 2o millions d'archives depuis la création du studio de cinéma en 1923 et qui en en ajoute des dizaines de milliers chaque année. Et rien où presque ne s'est perdu. Pas question en effet d'égarer des classiques comme «Casablanca» avec Humphrey Bogart.

Si les anciens films et vieilles émissions radio sont stockés sur de la pellicule en celluloïd ou sur des bandes magnétiques, même les plus récentes productions, tournées en numérique, ont un support de sauvegarde solide. La Warner, explique «Variety», décompose en effet un film en chacune des trois couleurs primaires (magenta, cyan et jaune), enregistrées ensuite sur un film en noir et blanc et stockées chacune séparément dans une chambre froide. Lorsque le studio a besoin de rééditer un film, comme ce fut la cas récemment pour «Le magicien d'Oz» en 4K, chaque bobine et récupérée, numérisée et assemblée avec les deux autres pour restituer le film original.

CD et DVD périssables

Mais tout ceci prend de la place et les copies peuvent toujours d'une manière ou d'une autre être endommagées. En outre, les ultra hautes définitions demandent toujours davantage d'espace de stockage, d'où la recherche de nouvelles solutions. Qui plus est durables. On sait ainsi que les CD ou DVD par exemple ne sont pas une assurance à long terme. Bien au contraire puisque des tests ont montré que leur espérance de vie ne devrait pas dépasser 20 ans. Et tout ne peut être sauvegardé dans des serveurs informatiques.

Le procédé mis au point par Microsoft consiste à utiliser des lasers semblables à ceux employés en chirurgie oculaire pour graver sur la plaque de verre des petites formes nommées voxel, un pixel en 3D. Dans chaque voxel on peut ensuite encoder des données. Un procédé qui peut même être répété sur plusieurs couches. Ainsi, le film «Superman» est stocké en 74 couches. Pour restituer ces données, il faut projeter de la lumière à travers la plaque de verre et la capturer avec un lecteur de type microscope. Une telle solution pourrait s'appliquer pour conserver précieusement films, séries télé ou même jeux vidéo.

En l'honneur d'un vieux «Superman»

Si «Superman» a été choisi pour être le premier film sauvé dans du verre, c'est parce que la Warner avait déjà utilisé par les passé des disques en verre, plus gros que ceux en vinyle, pour conserver des émissions radio. Et sur l'un des premiers qui a été retrouvé, on pouvait entendre une pièce radiophonique, datant des années 1940, de... «Superman».

Michel Pralong

Créé: 06.11.2019, 06h58

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.