Samedi 25 novembre 2017 | Dernière mise à jour 11:57

Cinéma Une actrice norvégienne accuse Weinstein de viol

Natassia Malthe accuse le producteur américain de l'avoir violée dans sa chambre d'hôtel en 2008 à Londres.

Natassia Malthe lors d'une conférence de presse à New York. (Mercredi 25 octobre 2017)

Natassia Malthe lors d'une conférence de presse à New York. (Mercredi 25 octobre 2017) Image: Keystone

Colony Capital renonce à apporter de l'argent frais aux studios Weinstein

«The Weinstein Company (TWC) cherche une nouvelle planche de salut financière après l'abandon de l'accord préliminaire prévoyant une infusion immédiate d'argent de la part de Colony Capital», écrit le New York Times mercredi.

Cet accord devait permettre de lever à court terme les incertitudes sur l'avenir de la maison de production, touchée de plein fouet par le scandale. «Mais ces plans ont changé. Colony n'a pas et ne va pas fournir cette infusion d'argent», assure le New York Times en citant deux sources anonymes proches du dossier.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une actrice norvégienne a affirmé mercredi avoir été violée par Harvey Weinstein, en 2008 à Londres, mais n'a pas encore décidé si elle allait porter plainte contre le producteur américain.

L'actrice Natassia Malthe, aujourd'hui âgée de 43 ans, a raconté lors d'une conférence de presse à New York avoir rencontré le magnat hollywoodien à la soirée de clôture des Bafta, les récompenses britanniques du cinéma.

Quelques heures plus tard, Harvey Weinstein se serait présenté à la porte de sa chambre d'hôtel. Alors qu'il tambourinait en criant, elle lui aurait ouvert, par peur du scandale. Après qu'elle a refusé ses avances, le producteur se serait couché sur elle et l'aurait violée, a-t-elle expliqué.

Pour son avocate Gloria Allred, les faits, s'ils étaient avérés, relèveraient juridiquement d'un viol. La loi britannique ne prévoit pas de prescription en matière de crimes sexuels. L'avocate a indiqué que l'actrice «étudiait ses options» quant au dépôt éventuel d'une plainte et qu'«aucune décision» n'était prise à ce stade.

Une cinquantaine d'accusatrices

Une cinquantaine de femmes ont déjà fait état de faits de harcèlement, d'agression sexuelle ou de viol de la part du créateur du studio Miramax, mais aucun de leurs témoignages n'a donné lieu à des poursuites à ce stade. Pour nombre d'entre elles, les faits sont prescrits au pénal comme au civil.

Natassia Malthe, qui a tourné dans une cinquantaine de films depuis le milieu des années 90, est à ce jour la septième femme à accuser publiquement Harvey Weinstein de viol. Avant elle, les actrices Rose McGowan et Asia Argento ont notamment rapporté des faits similaires.

L'actrice norvégienne a raconté mercredi que le co-fondateur de la Weinstein Company, débarqué mi-octobre après l'éclatement du scandale, l'avait de nouveau contactée après son retour à Los Angeles. Il a organisé un rendez-vous sous le prétexte de parler d'un rôle qu'il entendait lui obtenir dans le film «Nine» (qu'elle n'a finalement jamais eu).

Relation à trois

Conduite par une assistante du producteur dans une suite de l'hôtel Peninsula à Los Angeles, elle se serait alors retrouvée face à Harvey Weinstein en robe de chambre, accompagné d'une femme. Le magnat aurait alors demandé à Natassia Malthe de se joindre à eux pour une relation à trois, qu'elle dit avoir refusée.

L'avocate Gloria Allred, dont quatre clientes ont déjà témoigné à visage découvert contre le producteur américain, a indiqué que d'autres victimes présumées d'Harvey Weinstein l'avaient engagée et pourraient se dévoiler prochainement. Elle a expliqué qu'une rencontre était prévue mercredi avec les administrateurs de la Weinstein Company, mais que ceux-ci l'avaient annulée en dernière minute. Ils lui ont proposé de rencontrer les avocats de la société, ce qu'elle a refusé.

L'avocate a redit mercredi qu'elle souhaitait que la Weinstein Company se dote d'un fonds d'indemnisation des victimes d'Harvey Weinstein. Interrogée sur la possibilité pour les victimes présumées d'intenter une action de groupe (class action) contre la société de production, elle a estimé que les conditions n'étaient pas réunies. (afp/nxp)

Créé: 26.10.2017, 01h38

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.