Dimanche 19 mai 2019 | Dernière mise à jour 22:37

Etats-Unis Coachella ouvre la porte à la diversité

Le festival de musique américain a misé sur la nouveauté pour cette édition. Le reggaeton fait son entrée au festival.

J Balvin et Rosalia onr représenté la culture latine à Coachella.

J Balvin et Rosalia onr représenté la culture latine à Coachella. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Trois ans après un premier concert dans le désert californien, Christine and the Queens, devenue Chris, a saisi samedi Coachella en vol avec un show haletant, sensuel et physique, une étape marquante dans sa conquête des Etats-Unis.

«Quand je me suis présentée, il y a trois ans, j'ai dit que j'étais petite, française et en colère», a lancé l'artiste de 30 ans, dont l'album «Chris» a fait une percée dans le classement des ventes de disques aux Etats-Unis, en octobre (55eme).

Voir cette publication sur Instagram

????? Chris #CHRIStineandthequeens

Une publication partagée par ???????????????????????? (@wehoh) le

«Je dirais que je suis toujours petite, je suis toujours française, je suis simplement en manque (de sexe)», a ajouté, facétieuse, celle qui porte désormais les cheveux courts et arbore un style plus streetwear.

Chris, née Héloïse Letissier, attendait ce grand show à Coachella comme quelque chose de «plus épique», après l'avoir découvert sur l'une des petites scènes du lieu, avait-elle expliqué à l'AFP avant le début du concert.

«Comme le public attend (la sensation américaine) Billie Eilish, il n'y aura peut-être que trois spectateurs pour me voir», a-t-elle dit dans un rire. Mais le public était bien là, en masse, pour elle.

Aujourd'hui, «ce que je fais sur scène, ça ramène à la peau et à la sueur», a-t-elle décrit. «C'est pop, mais c'est en rêvant à un show pop qui puisse être vraiment charnel et assez cru.»

Avec les six danseurs qui l'accompagnent depuis le début de sa tournée, Chris a livré une prestation millimétrée, comme à son habitude, guidée par une permanente tension sous-jacente, qui retient l'attention sans temps mort. L'énergie de la bande se suffisait à elle-même mais a été alimentée par des stroboscopes et éléments pyrotechniques.

Au fil du concert, Chris a distillé plusieurs références, et même un hommage à la reine de la danse pop de groupe, Janet Jackson, avec une brève reprise de «Nasty Boys». «Elle est incroyable», a dit Sunny Park, venant de Los Angeles. «Cette fille a une sacrée puissance.»

- Le reggaeton dans l'histoire -

Dans un tout autre style, l'autre événement de cette deuxième journée de Coachella aura été le passage du Colombien J Balvin. Le trentenaire au visage rond a donné, à Indio (Californie), le premier concert complet de reggaeton de l'histoire du festival référence de l'ouest des Etats-Unis.

Né au début des années 90 à Porto Rico, ce style musical avec sa rythmique lancinante est devenu un succès mondial et a beaucoup fait pour populariser des artistes de langue espagnole hors du monde hispanique.

J Balvin compte plusieurs tubes à son actif, notamment «I Like It», avec la rappeuse Cardi B et le Portoricain Bad Bunny, titre qui a atteint la première place des ventes de disques aux Etats-Unis, en juillet dernier. «Il a fallu 15 ans pour que le reggaeton arrive à Coachella. Nous y sommes!», a scandé J Balvin.

José Balvin, de son vrai nom, a d'ailleurs interprété plusieurs classiques, en hommage aux pionniers du reggaeton, notamment «Gasolina», du pape du genre Daddy Yankee, devenu star mondiale à la faveur de sa participation au tube planétaire «Despacito».

«C'est une journée particulière», avait écrit J Balvin un peu plus tôt sur son compte Instagram. «L'an dernier, j'étais sur scène avec Beyoncé. Aujourd'hui, c'est notre tour, les latinos et les dreamers », s'est-il enthousiasmé, en référence aux «dreamers», les enfants arrivés clandestinement aux Etats-Unis.

Signe d'un festival plus latino que jamais, Bad Bunny était attendu dimanche à Coachella, où se sont déjà produits cette semaine la chanteuse chilienne Mon Laferte, l'artiste d'origine cubaine Sabrina Claudio ou l'Espagnole Rosalia.

(afp/nxp)

Créé: 14.04.2019, 17h52

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.