Samedi 4 avril 2020 | Dernière mise à jour 13:34

TV Gjon's tears: «À l'Eurovision, j'ai envie de me surpasser»

Le Fribourgeois représentera la Suisse au concours de la chanson. Il nous a fait part de ses ambitions juste après l'annonce: prendre du plaisir avant tout.

Gjon's tears a présenté sa chanson pour l'Eurovision le 4 mars.
Vidéo: Interview Fabio Dell'Anna, tournage et montage Laura Juliano

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Grüezi!» s'exclame Gjon's tears lors de la conférence de presse de l'Eurovision à Zurich. Ce mercredi 4 mars, la SRF a annoncé que le Fribourgeois de 21 ans, de son vrai nom Gjon Muharremaj, sera le représentant de la Suisse pour l'Eurosong contest. «Je me sens super heureux et j'espère que vous avez appréciez la chanson», dit-il aux journalistes présents. Le titre s'appelle «Répondez-moi» et il est dans la langue de Molière. Une première depuis dix ans!

Parfois en allemand, parfois en français, le jeune homme, qui habite Broc, répond avec le sourire à toutes les questions. Une nouvelle aventure commence pour celui qui a été révélé par «The Voice», en France, l'an passé. «Et j'ai hâte de voir ce qu'elle me réserve», se réjouit-il.

Comment vous sentez vous?

Très bien! Je suis super fier de représenter la Suisse à l'Eurovision. C'est le bon moment pour le faire, car j'ai besoin d'un aboutissement. J'ai envie de me surpasser et d'aller jusqu'au bout des choses. Mais j'aimerais aussi être fier de moi. Quoi de mieux que de participer au plus grand concours de chant au monde pour passer par toutes ces émotions?

Comment votre nomination a-t-elle été décidée?

C'était un peu compliqué. Il y avait entre 600 et 800 inscriptions. Après les sélections de la SRF, je me suis retrouvé dans les dix derniers. Je suis venu chanter la chanson et la performance live m'a encore plus mis en valeur. Je suis super content, car me produire devant les gens, c'est ce que j'aime le plus.

Parlez-nous de «Répondez-moi», la chanson que vous allez interpréter à Rotterdam.

Elle est née dans un camp avec le duo Aliose. J'avais envie d'écrire sur un autre sujet que l'amour. Je ressentais le besoin de parler du questionnement sur soi et d'aborder le thème de l'origine. Quand j'étais à l'école primaire, tout le monde me demandait: «D'où viens-tu? Ton prénom ne s'écrit pas normalement...» Depuis, je me suis toujours demandé pourquoi l'origine est aussi importante. «Répondez-moi,» c'est un peu un coup de gueule pour dire que j'en ai marre de me remettre en question, mais en même temps c'est ça la vie. C'est aussi un message d'espoir aux gens qui vivent la même chose.

Une chanson en français pour concourir à l'Eurovision, un pari risqué?

Quand on a commencé à me parler de l'Eurosong Contest, je n'étais pas sûr de vouloir y participer. Je venais de terminer «The Voice» et je ne voulais pas refaire un show télévisé. Je voulais juste une chanson qui me parle. Le moyen le plus direct est par le biais de ma langue et c'est tellement plus naturel de le faire en français.

Pour gagner l'Eurovision, que faut-il comme qualités?

Ne pas penser à gagner. J'ai tellement de choses sur lesquelles je dois me focaliser en ce moment.

Donc, vous ne voulez pas gagner?

Non, ce n'est pas ce que je veux dire. Pour «The Voice», j'avais dit que je n'avais pas trop envie de gagner, mais on n'imagine pas tous les contrats qui suivent. Je précise que ça reste une expérience extraordinaire. Là, c'est la première fois de ma vie que j'ai envie d'aller le plus loin possible. Je veux donner une performance live qui me satisfera et qui touchera les gens. Même s'ils n'aiment pas le titre. Je veux qu'ils vivent leurs émotions à fond! Que ce soit la joie, la tristesse, le rire ou même la moquerie.

Vous parlez de votre performance live. Avez-vous déjà des idées de ce que vous ferez sur scène?

On est en train de discuter avec une directrice artistique suédoise, Sasha Jean-Baptiste (ndlr.: elle a déjà travaillé l'an passé avec Luca Hänni) Je me rappelle lui avoir parlé d'une performance de Rihanna que j'avais adorée. Elle m'a répondu: «Ah oui, je connais. Une de mes collègues a travaillé sur le projet.» Dès cet instant, elle m'a convaincu. (Rires.) On bosse sur plein de choses et, vu ce que l'on a décidé de faire pour l'Eurovision, ça va vraiment être incroyable.

En 2019, Luca Hänni est arrivé quatrième. Cela vous stresse?

Non, pas vraiment. C'est un très beau résultat, mais on ne se ressemble absolument pas au niveau musical. J'espère avoir un beau parcours comme le sien.

Vous n'avez pas peur de l'étiquette parfois négative qu'on donne à Eurovision?

On m'a souvent dit la même chose pour «The Voice». Mais quand les gens viennent à un de mes concerts, c'est pour me voir moi. Dès le moment où vous faites un travail intéressant, les gens se détachent de cette image-là. Comme Julien Doré l'a réussi, par exemple.

Quels concurrents de l'Eurovision 2020 vous touchent?

J'aime beaucoup l'Albanie. J'ai présenté mon titre «Babi» là-bas, lors de la finale de «The Voice Kids», et Arilena Ara, la candidate albanaise, était l'une des coachs. C'est super drôle de la retrouver. Cela rappelle que lorsque vous faites de la musique, nous sommes tous sur la même échelle. Je vais faire une comparaison un peu violente, mais que ce soit Céline Dion ou que ce soit Pascal Auberson, ils vont délivrer la même chose sur scène. Leur but est de toucher.

Que peut-on vous souhaiter pour la suite?

Beaucoup de courage et de ne pas avoir pas trop de pression. Et surtout de prendre du plaisir!

Fabio Dell'Anna

Créé: 04.03.2020, 17h34

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.