Mardi 20 août 2019 | Dernière mise à jour 19:39

Spectacle Daniel Camus puni par ses profs en les faisant rire

L'humoriste français se produira bientôt en Suisse romande avec son one man show, «Adopte», à la fois drôle et piquant.

Sur scène, Daniel Camus adore interagir avec son public.

Sur scène, Daniel Camus adore interagir avec son public. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Avec son spectacle intitulé «Adopte», Daniel Camus est la nouvelle star montante du rire. Il faut dire que l’humoriste nantais de 37 ans aborde des sujets qui parlent à tout le monde dans son premier one man show. « Je fais des parallèles avec la génération d’avant et celle d'aujourd’hui. Je parle notamment de l’ancien téléphone fixe, branché au mur avec lequel on ne pouvait pas se déplacer, de mon adolescence qui est très différente de celle de maintenant …», confie le comique. Mais ce n’est pas tout. Dans l’un de ses sketchs à la fois drôle et cynique, il tacle l’ancienne émission « Tous ensemble » où l’on construisait des maisons pour des gens dans le besoin. « Même si on a le recul suffisant face à ce programme, on a envie de chialer quand on découvre la maison à la fin. On est dans l’empathie totale. En réalité, ce genre d’émission se sert de la misère des gens pour faire du business et de l’audience. J’avais donc envie d’en parler avec ironie», explique-t-il.

Élève turbulent mais hilarant

Sur scène, l’artiste adore interagir avec son public. « Je veux que chaque spectacle soit unique. Je laisse donc beaucoup de place à l’improvisation. Et les gens m’apportent énormément, dit-il. J’aime aller vers eux, leur poser des questions et être à leur écoute. Ils me surprennent souvent avec leurs réponses. Du coup, c’est un vrai échange. » A l’école primaire déjà, Daniel avait constaté que l’humour l’aidait à s’épanouir. « J’étais assez introverti. Quand j’ai compris que je pouvais faire marrer les gens, j’ai continué à le faire durant toute ma scolarité. Mon but n’était pas de faire rire mes camarades, mais plutôt mes profs. Tous les jours je me fixais cet objectif. Je trouvais cool de me faire virer d’un cours par un prof qui riait jusqu’aux larmes à cause de moi », se souvient-il.

Motivé par sa copine de l’époque, Daniel, qui a travaillé dans le commerce de bois et géré un bar, s’est finalement lancé dans l’humour à 31 ans. Et il ne le regrette pas. Après avoir faire les premières parties de Gad Elmaleh et d’Anne Roumanoff, le comédien a hâte de se produire en Suisse romande avec l’association la Secte du Rire. Il jouera sur la scène du Bilboquet le 29 juin à Fribourg, ainsi qu’au théâtre Hameau Z’Arts à Payerne, le 20 septembre. « Sur scène je me sens comme à la maison », dit-il. On le croit sur parole!

Créé: 15.06.2018, 20h10

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.