Samedi 19 octobre 2019 | Dernière mise à jour 21:44

Planète 10% des travailleurs rassemblent 50% des revenus

Selon l'Organisation internationale du travail, les personnes les plus riches se répartissent presque la moitié des revenus de la planète.

Les inégalités salariales ont de la peine à s'atténuer.

Les inégalités salariales ont de la peine à s'atténuer.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les 10% des travailleurs les plus pauvres devraient être actifs plus de trois siècles pour atteindre les revenus qu'obtiennent en un an les plus riches. Ceux-ci se répartissent 48,9% des rémunérations du travail, a affirmé jeudi l'OIT à Genève.

Selon ces données qui portent sur 2017, les 50% des personnes aux salaires les moins élevés doivent se contenter de 6,4%. Pire encore, les 20% de travailleurs aux plus bas revenus, environ 650 millions de personnes, se partagent moins de 1% des rémunérations. Un chiffre quasi inchangé en 13 ans.

Plus largement, les inégalités mondiales des revenus du travail ont reculé, grâce à la situation des économies émergentes comme la Chine, relève l'Organisation internationale du travail (OIT). Alors même qu'elles augmentent au niveau national si tous les pays sont pris en compte, selon ces données portant sur 189 d'entre eux.

Une première

Récemment, l'OIT a décidé une politique qui place en priorité les êtres humains face aux nouvelles technologies, notamment les plates-formes numériques. Pour la première fois, des données comparent les revenus des auto-entrepreneurs par rapport à ceux des salariés.

Selon les estimations, les revenus des premiers semblent plus importants dans certains cas dans les pays riches, alors que ces travailleurs sont en revanche «très pénalisés» dans les Etats pauvres, a noté devant la presse un responsable de l'organisation.

Pour la première fois également, des chiffres comparent la part du produit intérieur brut (PIB) qui revient aux travailleurs, plutôt qu'au capital. La part est passée en 13 ans de 53,7 à 51,4%. Cette situation est observée davantage en Allemagne, en Indonésie, en Italie, au Pakistan et aux Etats-Unis.

Les Etats pauvres affichent des niveaux d'inégalités de rémunération beaucoup plus élevés que les plus riches. En Afrique subsaharienne, 50% de travailleurs rassemblent à peine plus de 3% des revenus du travail. Dans l'UE, la part du même groupe atteint près d'un quart.

198 dollars par mois au total

Le second nouvel indicateur porte sur le mode dont les revenus du travail sont distribués. Les plus hauts revenus augmentent alors que les autres segments reculent, fait remarquer un autre responsable de l'OIT. Une croissance des rémunérations des premiers semble faire reculer celles des autres travailleurs, alors qu'une amélioration des salaires du groupe intermédiaire bénéficie à toutes les personnes.

Les revenus de nombreux travailleurs sont insuffisants, affirme l'OIT. Le salaire moyen des 50% les plus pauvres n'est que de 198 dollars par mois.

Les 10% aux plus bas revenus, environ 1,6 milliard de personnes, peuvent s'appuyer sur à peine plus de 20 dollars. Alors que le même pourcentage des plus riches, environ 300 millions de personnes, bénéficie de plus de 7400 dollars. Les nouvelles données seront utilisées pour évaluer les avancées sur les objectifs de développement durable (ODD), explique encore l'OIT. (ats/nxp)

Créé: 04.07.2019, 12h22


Sondage

Elections fédérales: allez-vous voter?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.