Lundi 23 septembre 2019 | Dernière mise à jour 01:32

Banque «Chez Raiffeisen, cela va beaucoup plus vite»

Le président de la banque Raiffeisen, dans la tourmente en 2018, reste confiant quant à l'image de l'établissement.

Guy Lachappelle est le président de la banque Raiffeisen.

Guy Lachappelle est le président de la banque Raiffeisen. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Guy Lachappelle, président de Raiffeisen, s'est montré confiant quant à la restauration de la réputation du groupe. A la Banque cantonale de Bâle, où il a officié comme directeur général, cela a pris cinq ans. «Chez Raiffeisen, cela va beaucoup plus vite», a-t-il déclaré mardi, au cours d'un évènement organisé par le journal économique «Finanz und Wirtschaft» à Zurich.

Une amélioration qui tiendrait au fait que le groupe dispose d'une structure décentralisée. Les différentes banques ont pu convaincre les clients que les problèmes ont eu lieu à Saint-Gall. Raiffeisen n'a pas perdu de clients jusqu'à présent.

Une «bonne solution»

Guy Lachappelle a attesté que le nouveau directeur général Heinz Huber, anciennement à la tête de la Banque cantonale de Thurgovie, a pris un bon départ. «Je le réélirais tout de suite», a-t-il assuré.

Le président du groupe s'est aussi félicité de la migration de Raiffeisen IT vers le système Avaloq. Avec la reprise complète de la coentreprise par Raiffeisen annoncée la semaine dernière, «une bonne solution» a été trouvée, qui convient aux deux sociétés. Raiffeisen aura plus de liberté pour prendre ses propres décisions en matière d'informatique.

Feuilleton 2018

Feuilleton de l'année 2018, l'affaire Vincenz, du nom du directeur général de Raiffeisen entre 1999 et septembre 2015 Pierin Vincenz, remonte à octobre 2017 et à des investigations de la Finma (l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers).

En janvier dernier, Bruno Gehrig, enquêteur indépendant mandaté par Raiffeisen, a estimé que Pierin Vincenz n'a pas fait preuve d'un comportement pénalement répréhensible dans les prises de participations opérées par Raiffeisen, alors que le Grison dirigeait le 3e groupe bancaire helvétique. A l'image de l'enquête réalisée par la Finma, l'examen de Bruno Gehrig met cependant en lumière de «graves lacunes» de la part du conseil d'administration de Raiffeisen dans la stratégie de diversification de l'établissement. La même observation vaut pour la direction. (ats/nxp)

Créé: 05.02.2019, 19h08

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.