Mardi 20 août 2019 | Dernière mise à jour 01:20

ECONOMIE Grèce: succès de la 1ère phase du rachat de dette

La première phase de la délicate opération de rachat de la dette grecque lancée lundi est un succès, a affirmé samedi la presse grecque. Elle a atteint le but de rachat de 30 milliards d'euros fixé par Athènes.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Selon le journal économique «Naftemboriki», les détenteurs de dette étrangers ont offert de vendre près de 15 milliards d'euros, tandis que les banques grecques ont contribué à hauteur d'environ 15 autres milliards d'euros. L'opération a pris fin vendredi.

Le journal «Kathimerini» a précisé que la participation des quatre plus importantes banques grecques, National Bank, Eurobank, Alpha et la banque du Pirée s'est élevée à 11,5 milliards d'euros. Le succès du rachat de dette est la condition de la reprise des versements du FMI au pays surendetté.

L'offre faite par l'Etat grec pour racheter ses propres obligations avec l'aide de ses partenaires a expiré vendredi soir. Les premiers résultats officiels de l'opération devraient être connus dans la journée de samedi.

Décote conséquente

L'opération, décidée lors de la dernière réunion des ministres des Finances de la zone euro fin novembre, est censée réduire la dette grecque de quelque 20 milliards d'euros, la moitié du montant requis pour parvenir à la ramener au taux jugé acceptable de 124% du PIB, en 2020.

Aux termes de l'offre lancée lundi, les créanciers privés (banques, hedge funds) se sont vus proposer jusqu'à 10 milliards d'euros de titres du Fonds européen de secours (FESF), en échange des obligations souveraines grecques qu'ils détiennent. L'opération porte sur un total de quelque 62 milliards d'euros d'obligations.

Les participants devront accepter une décote conséquente, puisque l'Etat grec a fixé une fourchette de rachat allant d'un plancher de 30,2% à 38,1% (selon les échéances des titres) de la valeur des obligations rachetées, à un plafond de 32,2% à 40,1%. (ats/nxp)

Créé: 08.12.2012, 21h40

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.