Jeudi 23 janvier 2020 | Dernière mise à jour 10:12

France «Aidez-nous a retrouver les pièces perdues par un Airbus Swiss»

En marge de l'immobilisation de 30 avions de ligne, le Bureau français d'enquêtes et d'analyses a demandé à des volontaires de ratisser et de retrouver des pièces de moteur perdues par un Airbus A220 de Swiss fin juillet.

Le Bureau français d'enquêtes et d'analyses (BEA) veut retrouver une «demi-couronne de 70 cm de diamètre en titane» qui «a pu se briser en plusieurs morceaux plus petits».

Le Bureau français d'enquêtes et d'analyses (BEA) veut retrouver une «demi-couronne de 70 cm de diamètre en titane» qui «a pu se briser en plusieurs morceaux plus petits». Image: Screenshot Youtube

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Bureau français d'enquêtes et d'analyses (BEA) a lancé un appel à volontaires pour participer au ratissage d'une zone boisée et tenter d'y retrouver des pièces de moteur perdues en juillet par un Airbus A220 de Swiss. L'avion survolait l'Yonne lors d'un vol Genève-Londres.

«Le 25 juillet lors d'un vol Genève-Londres en phase de croisière, le moteur gauche de l'avion a subi une défaillance mécanique et des pièces seraient tombées dans une zone boisée non habitée proche des communes de Perigny-sur-Armançon et de Cry», a indiqué le BEA dans un communiqué. «Le moteur a été éteint et le vol a été dérouté sur Paris», a-t-il précisé.

«Le 16 septembre, un événement identique s'est produit sur un avion du même type, où le vol a été dérouté sur Genève», selon la même source. Dans ce cas «une partie des pièces endommagées est restée coincée dans le moteur et sont en cours d'analyse».

Demande américaine

Le BEA a lancé des recherches à la demande du NTSB, son homologue américain chargé des deux enquêtes parce que le moteur Pratt & Whitney en cause est de conception américaine. Il souhaite réunir environ 150 personnes pour participer à des battues les 6 et 8 novembre pour retrouver une «demi-couronne de 70 cm de diamètre en titane» qui «a pu se briser en plusieurs morceaux plus petits».

Un dispositif est en train de se mettre en place, réunissant des agents de l'aviation civile (BEA, Direction générale de l'aviation civile et leurs homologues étrangers), des gendarmes et des agents de l'Institut géographique national (IGN), selon le BEA.

Il est «très rare» qu'un appareil perde des pièces de moteur en vol, selon le BEA. Le 30 septembre 2017, une partie d'un des réacteurs de l'A380-800 assurant une liaison entre Paris et Los Angeles s'était décrochée en plein vol, au-dessus du Groenland. Une pièce d'environ 150 kg provenant de ce moteur a été retrouvée le 1er juillet sous 4 mètres de neige et de glace, au milieu d'une crevasse. (ats/nxp)

Créé: 15.10.2019, 17h52

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.