Lundi 20 janvier 2020 | Dernière mise à jour 04:34

Argentine Les flatulences bovines ont un avenir comme carburant

Des chercheurs d’un institut de technologie agricole argentin sont parvenus à pomper les gaz digestifs des bovins pour en isoler le méthane utilisé comme source d’énergie.

Les chercheurs d'un institut argentin de technologie agricole viennent de mettre au point un système de pompage de gaz digestifs des vaches pour en isoler le méthane, principal composant du gaz naturel.

Les chercheurs d'un institut argentin de technologie agricole viennent de mettre au point un système de pompage de gaz digestifs des vaches pour en isoler le méthane, principal composant du gaz naturel. Image: ARCHIVES/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Habituellement les flatulences sont citées pour leur contribution négative au réchauffement climatique parce qu'elles attaquent la couche d’ozone.

Elles font aujourd’hui parler d’elles en bien grâce aux recherches de scientifiques argentins de l’Institut de recherche national de technologie agricole, à Buenos Aires (Inta).

Si l’idée paraît à priori saugrenue, elle a de quoi séduire en raison de la simplicité de la technique utilisée.

Les chercheurs de l’institut argentin viennent en effet de mettre au point un système de pompage de gaz digestifs des vaches pour en isoler le méthane, principal composant du gaz naturel.

But de l’exercice: fournir un carburant digne d’intérêt pour l’avenir. Le journal argentin La Voz del Interior décrit le processus qui nécessite quelques transformations des flatulences bovines récoltées.

Capturées dans la panse de l’animal

Avant de pouvoir servir de carburant automobile, les flatulences sont capturées dans la panse de l’animal à l’aide de tubes en plastique afin d’être stockées dans un réservoir accroché au dos du ruminant (voir vidéo ci-dessous). Le méthane recueilli est alors séparé des autres gaz grâce à un composé industriel avant d’être comprimé.

Selon le chercheur Ricardo Bualo, une vache est à même d’émettre quelque 300 litres de méthane chaque jour, soit assez d’énergie en une semaine pour faire rouler une voiture sur 100 kilomètres.

En Argentine, pays des gauchos réputé pour la qualité de la chair de ses bovidés, les flatulences des 51 millions de ruminants recensés représenteraient 30% des gaz à effet de serre du pays.

Des usages divers

Les gaz produits en une journée par un seul bovin argentin permettraient, selon les chercheurs de l'Inta, de faire fonctionner un réfrigérateur de 100 litres durant vingt-quatre heures. «Une fois le gaz isolé, vous pouvez l'utiliser pour un briquet, une lampe à gaz ou pour faire fonctionner une voiture», précise Guillermo Berra, un autre expert de l'Inta.

Les pets de vaches pourraient donc dans le futur constituer une manne précieuse pour les producteurs de carburant, Demeure toutefois un obstacle, pour l’instant de taille: permettre une production à large échelle, sans trop nuire à l’atmosphère terrestre.

Guillermo Berra, autre chercheur interrogé par La Voz del Interior, prédit un développement intéressant et y voit «une alternative, si on se projette en 2050, quand les réserves de combustibles fossiles se seront taries».

Créé: 29.10.2013, 13h43

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.