Lundi 21 janvier 2019 | Dernière mise à jour 21:19

L'économie autrement «On pourrait travailler 15h par semaine si on voulait»

Economiste et auteur à succès, le Tchèque Tomás Sedlácek tient un discours original. Certes, l'économie rend tout efficace, «mais tout dans notre société ne doit pas être efficace».

«Au lieu des loisirs, nous avons fait le choix de l'abondance», note Tomás Sedlácek. Pour surmonter la crise de la croissance, l'économiste tchèque préconise le chômage partiel plutôt que la relance artificielle de la demande.

«Au lieu des loisirs, nous avons fait le choix de l'abondance», note Tomás Sedlácek. Pour surmonter la crise de la croissance, l'économiste tchèque préconise le chômage partiel plutôt que la relance artificielle de la demande. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«C'est comme Central Park à New York. Tout autour règne l'efficience, mais celle-ci est interdite dans le parc qui est strictement réservé à la détente et aux écureuils», explique Tomás Sedlácek, auteur de l'ouvrage «Economics of Good and Evil» («L'économie du Bien et du mal»), dans une interview accordée au Tages-Anzeiger.

Au-delà de la métaphore, l'ancien conseiller de Václav Havel et membre du Conseil économique national tchèque rappelle que le rôle de l'économie ne consiste pas d'abord à augmenter le produit intérieur brut. «La première priorité doit être la stabilité du système, mais nous l'avons oublié.»

La solution du chômage partiel

Or, la question de la stabilité devient aiguë lorsque la croissance fait défaut, comme c'est aujourd'hui le cas. L'économie est comme un voilier, explique-t-il. «Quand le vent souffle, tout va bien. Mais lorsque c'est le calme plat, il faut veiller à ce que le bateau ne sombre pas».

Nos économies sont dans cette situation et ont besoin aujourd'hui d'un modèle pour se maintenir à flot. Or, de tous les modèles, celui du chômage partiel, tel qu'il est pratiqué en Allemagne mais aussi en Suisse, est celui que Tomás Sedlácek préfère.

Travailler 15 heures par semaine: «possible et judicieux»

Nos sociétés sont passées à côté de la principale promesse que réservait le progrès technique: avoir plus de temps. «Au lieu des loisirs, nous avons fait le choix de l'abondance», constate celui qui a revisité l'histoire économique à la lumière des autres sciences humaines.

Si nous nous contentions d'un revenu correspondant à celui des années 90, nous pourrions aujourd'hui travailler 15 heures par semaine, comme John Maynard Keynes l'avait prédit dans les années 30. «Il serait même judicieux de le faire», note Tomás Sedlácek.

Le capitalisme a tenu une partie de sa promesse. En Europe, personne ne meurt plus de faim et on peut devenir vieux en toute dignité. Mais même si nous avons plus de voitures et d'iPad que nécessaire, nous continuons à vouloir croître encore plus vite, regrette le chercheur tchèque.

L'austérité a du bon

«Il faut cesser de croire qu'on peut résoudre tous les problèmes économiques avec de la croissance et avec plus de dettes». Tomás Sedlácek se dit en cela favorable à une politique d'austérité «raisonnable», telle que la pratique Angela Merkel.

Il ne sert à rien, selon lui, de soutenir l'économie en créant une demande artificielle. C'est au contraire dangereux: «L'économie devient comme dépendante et a sans arrêt besoin d'un nouveau kick.»

Concernant la Grèce, le problème doit être posé différemment. «Nous sommes ici devant l'un des grands questionnements de la chrétienté: qu'est-ce qui est le plus important, la loi ou le pardon»? Et si c'est le pardon, combien de fois faut-il pardonner?

Ce à quoi le Tchèque répond qu'«il faut pardonner tant qu'il y a raisonnablement espoir» d'éviter que la Grèce ne tombe en faillite. «Si nous sommes trop durs, il n'y aura plus d'Europe. Et si l'Europe tombe nous ne la récupérerons pas», avertit-il. (nxp)

Créé: 28.12.2012, 08h12

sentifi.com

Le_Martin_Web Sentifi Top themes and market attention on

Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters