Vendredi 6 décembre 2019 | Dernière mise à jour 19:09

Suisse UBS se dit plus pessimiste pour la croissance

La banque suisse a nettement revu à la baisse ses prévisions pour l'année en cours et n'anticipe pas de rebond avant mi-2020.

UBS craint de voir les investissements dans la construction et les biens d'équipements fortement ralentir.

UBS craint de voir les investissements dans la construction et les biens d'équipements fortement ralentir. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les économistes d'UBS ont raboté à leur tour les prévisions de croissance pour la Suisse, face au ralentissement conjoncturel mondial. Un rebond n'est pas attendu avant mi-2020, a indiqué vendredi la banque zurichoise.

Pour cette année, les spécialistes de la banque aux trois clés misent sur un produit intérieur brut (PIB) en hausse de 0,7%, un chiffre nettement révisé en baisse par rapport au 1,3% précédemment attendu. Le tableau est similaire en 2020, où le PIB ne devrait croître que de 0,9%, contre 1,6% prévus jusqu'à présent.

L'économie suisse avait affiché l'année dernière une solide progression de 2,8%. La consommation privée, et dans une moindre mesure publique, devraient soutenir la conjoncture helvétique, alors les investissements dans la construction et les biens d'équipements pourraient fortement ralentir.

Après avoir crû en 2018, les exportations devraient réduire la cadence cette année et la suivante. Les importations, après un net ralentissement en 2019, sont attendues en forte hausse en 2020.

L'économie suisse a perdu de son élan

Malgré ces difficultés, le taux de chômage est anticipé en infime repli, de 2,6% en 2018 à 2,5% cette année et l'exercice suivant.

«L'économie suisse a clairement perdu de son élan depuis mi-2018», ont souligné les économistes d'UBS dans un communiqué. «Les incertitudes politiques et la faible croissance vont se maintenir avec l'escalade du litige commercial entre les États-Unis et la Chine», ont-ils ajouté.

Le Secrétariat d'État à l'économie (SECO) a fait état jeudi d'un ralentissement de la croissance helvétique au deuxième trimestre, avec un PIB en hausse de 0,3% sur un trimestre, après 0,4% de janvier à la fin de mars.

Dans la foulée du SECO, l'institut bâlois BAK avait nettement revu en baisse ses prévisions de croissance pour la Suisse, citant la montée des incertitudes politiques au niveau mondial et l'affaiblissement conjoncturel notamment dans la zone euro.

Selon les estimations du BAK publiées jeudi, le produit intérieur brut (PIB) ne devrait plus croître que de 0,7% cette année, contre 1,2% dans les précédentes estimations. En 2020, la croissance devrait à nouveau accélérer à 1,3%, une progression néanmoins nettement en dessous des 1,7% attendus jusqu'à présent. (ats/nxp)

Créé: 06.09.2019, 10h25

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.