Mardi 17 septembre 2019 | Dernière mise à jour 07:58

Travail Ils acceptent le changement mais n’y sont pas prêts

En six ans, l’employabilité des Suisses a régressé. Si la volonté de changement est là, ils n’en ont souvent pas les ressources, constate une étude menée par HEC Lausanne. Explications.

L’employabilité est la capacité à changer de travail, à l’intérieur ou l’extérieur d’une organisation.

L’employabilité est la capacité à changer de travail, à l’intérieur ou l’extérieur d’une organisation. Image: AFP

Marina Fiori. (Image: sp)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les chercheurs ont planché sur un questionnaire soumis à deux échantillons de 340 personnes. Leur étude a pu être comparée à une première réalisée en 2006.

Résultat, la capacité des Suisses à se déplacer librement sur le marché du travail à diminué, selon la co-auteure Marina Fiori, de HEC Lausanne.

Le Matin - L’employabilité des Suisses est en baisse, selon vous. Qu’entendez-vous par là?

Marina Fiori - L’employabilité est la capacité à changer de travail, à l’intérieur ou l’extérieur d’une organisation. Elle dépend de facteurs individuels et de la complexité du marché du travail. Et plus généralement de la société moderne. A une certaine époque, les gens avaient un emploi et le gardaient. Ce n’est plus possible. Ils sont forcés de changer de travail ou de rôle à l’intérieur de l’organisation. Etre flexible est devenu une nécessité.

En général, les gens cherchent donc à se montrer flexibles. Mais ce n’est pas toujours facile. Le changement requiert une bonne santé, un esprit positif et d’autres ressources encore. Par exemple la capacité à garder confiance en soi dans des situations changeantes ou des rôles qui évoluent. Et souvent, les personnes n’ont pas ces ressources. Souvent, intrinsèquement, elles ne sont pas prêtes au changement.

Les Suisses seraient donc plus crispés, plus passifs?

Ils se disent plus flexibles. Mais quand on regarde leur capacité réelle à faire face au changement, ce n’est pas le cas.

Mais pourquoi cette évolution?

Souvent, l’individu ne se sent pas vraiment capable de faire face à la complexité du monde du travail et de la société. Il a moins de capacité à se remettre en question. Il est déstabilisé. C’est peut-être lié à la société qui change ou à son identité floue, qui influence sa confiance en soi.

Vous constatez que l’employabilité des femmes est plus faible que celle des hommes. Pourquoi?

Les femmes sont confrontées comme les hommes à une situation complexe sur le marché du travail et dans la société. Avec des changements de rôles et d’emplois. Mais en plus, elles doivent assumer le double rôle de la famille et du travail. Dans un contexte globalement difficile pour tous, la situation est donc encore plus difficile pour elles.

Comment est-il possible de répondre à cette diminution de l’employabilité?

Il faut prendre conscience de sa propre situation. Plutôt que la peur, il faut se confronter à la situation réelle, tout mettre sur la table, et chercher des solutions concrètes.

La balle est donc dans le camp des employés?

Nous avons développé un questionnaire pour aider les gens à mesurer leur employabilité. Mais on observe aussi que les entreprises sont très intéressées par cette employabilité. Elles sont intéressées par la possibilité donnée aux employés de faire un bilan. Et d’améliorer leur connaissance du marché du travail ou leurs ressources physiques ou psychiques pour assumer le changement. Il est possible à cet égard de se faire accompagner. Des coaches peuvent aider à prendre confiance en soi. Ou à s’imaginer dans des rôles différents. Il faut voir aussi qu’on peut trouver de la satisfaction dans le changement.

Créé: 08.08.2012, 08h26

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.