Lundi 23 septembre 2019 | Dernière mise à jour 07:06

Sécurité routière Airbags défectueux: plongée boursière pour le fabricant Takata

Les autorités américaines ont demandé le rappel à l'échelle de tout le pays des véhicules équipés du modèle d'airbags défectueux associé à de nombreux morts et fabriqué par le japonais Takata. Son action en Bourse a fortement chuté.

Le stand Takata lors d'un salon à Tokyo, le 11 novembre 2014

Le stand Takata lors d'un salon à Tokyo, le 11 novembre 2014 Image: ARCHIVES/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'action du fabricant japonais de ceintures et coussins de sécurité Takata, sur la sellette pour ses airbags défectueux, a cédé plus de 7% mercredi à la Bourse de Tokyo, après l'extension par les autorités américaines du rappel de véhicules à l'ensemble des Etats-Unis.

A l'issue des échanges, le titre valait 1.099 yens, soit un recul de 7,41%. Il a fondu de quelque 50% depuis l'aggravation de la crise en juin, date de l'ouverture d'une enquête par l'agence américaine de la sécurité routière (NHTSA) et de la multiplication des rappels.

L'agence a cette fois réclamé le rappel à l'échelle de tout le pays des voitures équipées du modèle mis en cause. La mesure était jusqu'ici limitée aux régions à forte humidité (Floride, Porto-Rico, l'île de Guam, les îles Vierges et Hawaï), ce facteur climatique aggravant le problème.

Takata s'est dit inquiet que cette mesure nationale ne perturbe le remplacement des airbags «là où c'est le plus urgent, mettant de ce fait des vies en danger», selon la déclaration d'un porte-parole américain rapportée par l'agence Dow Jones Newswires.

Une pression accrue

L'équipementier a ajouté être «prêt à étendre de manière appropriée ses rappels à condition qu'il soit prouvé qu'il existe un risque pour la sécurité» des automobilistes.

Cette décision, qui a été prise après un incident dans une zone non humide, vient accroître la pression sur Takata, dont deux responsables seront auditionnés jeudi 20 novembre par une commission du Sénat américain.

Le département de la Justice (DoJ) a ouvert une enquête pénale, tandis que la NHTSA tente, elle, d'établir la responsabilité de Takata et Honda, l'un des constructeurs les plus affectés.

Les deux groupes font également l'objet de plusieurs plaintes aux Etats-Unis, dont certaines en nom collectif.

Les coussins de sécurité mis en cause, produits dans les années 2000, peuvent exploser et projeter des fragments de métal et plastique sur les passagers. Ils sont à l'origine de nombreux incidents et de plusieurs décès: cinq selon les médias, dont trois confirmés par Takata et Honda.

Plus de 16 millions de véhicules ont d'ores et déjà été rappelés à travers le monde depuis 2008 pour ce défaut, dont la moitié aux Etats-Unis. Le nombre total désormais concerné n'a pas encore été précisé. (afp/nxp)

Créé: 19.11.2014, 08h59

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.