Dimanche 17 novembre 2019 | Dernière mise à jour 23:32

Tourisme L'année 2011 aura été stable pour les agences de voyages

Malgré la vive concurrence des voyagistes sur internet, les agences de voyages suisses sont parvenues l'an passé a maintenir leurs marges et chiffre d'affaires aux niveaux de 2010.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour l'année en cours, les agences tablent sur une hausse de la demande, alors que les prix baissent.

Le chiffre d'affaires par collaborateur s'est inscrit à 1 million de francs, chaque agence de voyage ayant en moyenne affiché des ventes de 4,3 millions, ressort-il d'une étude présentée mardi à Zurich par la Fédération suisse des agences de voyages (FSAV) et l'Université de St-Gall. Et l'optimisme est de mise pour cette année, la demande étant attendue en hausse en raison de la chute des prix.

Reste que les marges demeurent sous pression, a relevé Christian Laesser de l'Université de St-Gall. Les circuits individuels organisés ainsi que les offres pour les vols et la location de voiture (Fly & Drive) affichent une forte croissance.

En revanche, la concurrence en ligne est vive dans le domaine des séjours balnéaires et dans les villes ou encore les circuits accompagnés. Dans ce contexte, les agences de voyages misent sur des offres sur mesure et un conseil individualisé. Des prestations pour lesquelles la clientèle est prête à payer, a ajouté Walter Kunz, responsable de la FSAV.

Qualité du conseil appréciée

Un phénomène qu'une étude sur le comportement en matière de réservation et de voyage réalisée par Allianz Global Assistance confirme aussi. Malgré la concurrence accrue des voyagistes sur internet, les réservations dans les agences de voyages affichent cette année une légère hausse de 2%. La qualité du conseil prime par rapport au prix.

Les agences de voyages ont d'ailleurs retrouvé un certain attrait du côté des clients les plus jeunes ainsi que ceux d'âge mûr. Mais pour le choix d'un vol, le prix reste le critère déterminant. Toutefois, certains aspects pratiques, comme le jour du départ, la durée de la liaison et le fait qu'elle soit directe jouent un rôle accru.

De manière générale, la crise n'affecte que de manière marginale les envies de voyages de la population en Suisse. Le manque de protection contre l'insolvabilité des compagnies aériennes continue toutefois de faire souci à la branche.

En matière de séjours à forfait, les agences de voyages sont responsables, que la compagnie aérienne existe encore ou non. Depuis janvier, pas moins de douze transporteurs aériens ont déposé le bilan. Alors que l'Office fédéral de l'aviation civile (OFAC) s'est prononcé contre une assurance obligatoire contre l'insolvabilité, les espoirs de la FSAV reposent désormais sur l'association faîtière européenne.

Taxes au pilori

Pour l'heure, diverses solutions sont à l'étude, a précisé Walter Kunz. Autre sujet d'insatisfaction pour les agences de voyages: les suppléments de prix sur les carburants ainsi que les taxes sur les bagages, par exemple. Des telles dispositions compliquent les affaires et ne contribuent pas à améliorer la transparence pour les clients.

(ats/nxp)

Créé: 04.09.2012, 16h11

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.