Dimanche 7 juin 2020 | Dernière mise à jour 11:17

Amérique latine Argentine: restructuration de la dette prolongée

La prolongation de la période de négociation jusqu'au 2 juin semble montrer que le gouvernement argentin et ses créanciers sont proches d'un accord.

Le ministre de l'Économie argentin, Martin Guzman.

Le ministre de l'Économie argentin, Martin Guzman. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le gouvernement argentin a prolongé jeudi pour la deuxième fois le délai qu'il avait fixé pour la restructuration de sa dette de 66 milliards de dollars (64 milliards de francs), en fixant le 2 juin comme nouvelle date, a annoncé le ministère de l'Économie.

Le premier terme avait été fixé au 8 mai et, en l'absence d'accord, le délai avait été prolongé jusqu'à ce vendredi, date à laquelle est dû le paiement d'intérêts de 500 millions de dollars (486 millions de francs). S'il n'est pas annulé, il fera entrer le pays en défaut de paiement.

Il semble acquis que ce paiement ne sera pas honoré car le gouvernement a inclus les trois titres de l'échéance, appelés 2021, 2026 et 2046, dans le plan de restructuration, et considère la date du 22 mai comme «anecdotique», selon le mot du ministre de l'Économie, Martin Guzman.

Un accord semble proche

La prolongation de la période de négociation de seulement 10 jours semble montrer que le gouvernement argentin et ses créanciers sont proches d'un accord, bien que la date limite du 2 juin ne soit pas forcément définitive, comme l'a annoncé jeudi le gouvernement.

Si le défaut a lieu, ce sera le neuvième dans l'histoire de l'Argentine. Le plus récent remonte à 2001, avec un défaut historique de 100 milliards de dollars (97 milliards de francs) qui avait déclenché la pire crise sociale et économique du pays.

Près de vingt ans après, l'Argentine se trouve à nouveau en mauvaise posture: l'économie est en récession depuis deux ans, l'inflation a atteint des sommets (53% en 2019) et la pauvreté n'a cessé de grimper (33% en 2019).

La pandémie du nouveau coronavirus a drastiquement ralenti l'activité économique et a forcé le gouvernement à débloquer des fonds pour atténuer ses effets sur les habitants et les entreprises les plus vulnérables. (afp/nxp)

Créé: 22.05.2020, 03h56

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.