Lundi 16 septembre 2019 | Dernière mise à jour 17:35

Métallurgie Baoshida Swissmetal rachetée par des Suisses

Les 160 emplois de la firme, rachetée par Swissmetal Industries, sont sauvés. Le syndicat Unia est soulagé.

La société Baoshida Swissmetal à Reconvilier (BE).

La société Baoshida Swissmetal à Reconvilier (BE). Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Swissmetal Industries a racheté les actifs (hors immobilier) de la société Baoshida Swissmetal implantée à Reconvilier (BE) et à Dornach (SO). Les quelque 160 emplois de cette entreprise spécialisée dans la fabrication d'alliages cuivreux sont sauvés. Le syndicat Unia Transjurane est soulagé.

«La transaction a été conclue lundi et prend effet au 1er août», a indiqué la société créée par un groupe d'investisseurs mené par l'industriel André Rezzonico dans un communiqué. Elle a été approuvée par le commissaire au sursis concordataire et a été autorisée par le Tribunal régional Jura bernois-Seeland.

Les activités industrielles et commerciales sont poursuivies sans interruption. Swissmetal Industries reprend la totalité du personnel, les 160 personnes sur les deux sites actuels. Un regroupement industriel sur le site de Reconvilier est prévu à l?horizon 2024-2026.

La société continuera d?être dirigée par son directeur général actuel, Claudio Penna et son équipe. Elle est détenue par deux actionnaires suisses: André Rezzonico, industriel et actionnaire majoritaire qui prend la présidence du conseil d?administration, et Pierre Steiger, banquier à la retraite. Le siège social de la société est à Reconvilier et une succursale est en cours d?enregistrement à Dornach.

Satisfaction d'Unia

Le syndicat Unia Transjurane a exprimé sa satisfaction après l'annonce du rachat de cette entreprise emblématique du Jura bernois. «Le ciel s'éclaircit enfin», estime le syndicat qui se réjouit de la volonté de la nouvelle entité de reconduire la convention collective de travail de l'industrie des machines, des équipements électriques et des métaux (MEM).

Mais Unia Transjurane rappelle que l'histoire récente de ce fleuron industriel de l'Arc jurassien incite à la prudence. Des questions subsistent notamment au niveau des actifs immobiliers et de l'implication d'une banque chinoise, principal créancier de la société Boashida Swissmetal. A cela s'ajoute un urgent besoin en liquidités, souligne le syndicat. L'usine avait connu une grève retentissante sur son site de Reconvilier en 2004 et en 2006. (ats/nxp)

Créé: 06.08.2019, 16h36

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.