Jeudi 13 décembre 2018 | Dernière mise à jour 01:50

Franc fort La BNS accuse une perte de 50,1 milliards de francs

Plombée par l'appréciation du franc, la Banque nationale suisse enregistre une perte de 50,1 milliards de francs au premier semestre 2015.

La Banque nationale suisse à Berne.

La Banque nationale suisse à Berne. Image: Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Banque nationale suisse (BNS) a enregistré une perte de 50,1 milliards de francs au premier semestre 2015, plombée par l'appréciation du franc. Le versement d'un dividende aux collectivités publiques paraît improbable.

L'institut d'émission monétaire a essuyé une perte de 47,2 milliards sur les positions en monnaies étrangères. L'abolition du taux plancher de 1,20 franc pour un euro le 15 janvier lui coûte cher. L'appréciation du franc qui a suivi a entraîné des pertes de change sur l'ensemble des monnaies de placement, a indiqué vendredi la BNS dans son rapport intermédiaire.

La confirmation d'une situation défavorable sur le marché des changes ne fait évidemment pas les affaires des collectivités publiques, Confédération et cantons. A ce stade de l'exercice 2015, ils pourraient bien ne rien recevoir au titre de cette année.

«Le versement d'un dividende aux cantons et la Confédération est exclu si le résultat de la BNS ne change pas jusqu'à la fin de l'année», a indiqué à l'ats un porte-parole de l'institut.

Distribution compromise

Le montant versé aux administrations publiques est fixé à un milliard pour autant que les réserves pour distribution future ne soient pas dans le rouge. Celles-ci se montent actuellement à 27,5 milliards de francs.

La perte annuelle ne devrait ainsi pas dépasser ce montant pour qu'un dividende soit versé. Selon le règlement, la BNS est également tenue de constituer des provisions pour les réserves monétaires.

Selon les prévisions d'UBS établies mi-juillet, les collectivités publiques seront probablement privées de la manne de la BNS. La banque table sur une poursuite de la fermeté du franc, une hausse graduelle des taux d'intérêt dans les principales monnaies et une baisse du cours de l'or. Seul le portefeuille des actions comporte un potentiel à court terme, selon les experts du numéro un bancaire helvétique.

Le franc s'est récemment affaibli vis-à-vis de l'euro, atteignant lundi son plus bas niveau depuis le mois de mars dernier. La monnaie unique a presque atteint 1,07 franc, lui permettant de s'apprécier de quelque 3 centimes depuis la mi-juillet. Le mouvement ne s'est toutefois pas poursuivi. Vendredi matin, l'euro s'échangeait aux alentours de 1,056 franc.

Fortes fluctuations

Selon Credit Suisse, un versement reste encore possible. Selon les analystes de la banque, un bénéfice d'environ 25 milliards de francs dans la seconde moitié de l'année devrait être suffisant pour permettre la distribution d'un dividende.

Dans le détail, le stock d'or de la BNS a accusé une moins-value de 3,2 milliards de francs au premier semestre. Le résultat de la BNS dépend dans une large mesure de l'évolution sur les marchés de l'or, des changes et des capitaux.

C'est pourquoi de fortes fluctuations sont la règle, et il n'est que difficilement possible de tirer des déductions pour le résultat de l'exercice en cours, rappelle la banque centrale dans son communiqué.

Un bénéfice de 571 millions de francs a découlé des positions en francs. Il se compose principalement des intérêts négatifs prélevés depuis le 22 janvier sur les avoirs en compte de virement (530 millions), mais aussi de gains de cours (12 millions) et du produit des intérêts (34 millions) sur les titres en francs.

Perte de 20 milliards au 2e trimestre

La Banque nationale suisse avait subi une perte de 30 milliards de francs au premier trimestre 2015 consécutivement à l'abolition du taux plancher. La perte au 2e trimestre atteint 20 milliards.

La BNS avait dégagé un bénéfice record de 38,3 milliards de francs en 2014, ce qui avait permis aux cantons et à la Confédération de se partager 2 milliards, au lieu d'un milliard. En 2013, les collectivités publiques avaient par contre été privées de la manne de la BNS, pour la première depuis 1907 et la naissance de la banque centrale. (ats/nxp)

Créé: 31.07.2015, 07h34

sentifi.com

Le_Martin_Web Sentifi Top themes and market attention on

Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.