Samedi 4 avril 2020 | Dernière mise à jour 14:41

Suisse La BNS anticipe une récession pour 2020

La BNS prévoit que la croissance du PIB suisse sera négative en 2020 en raison du coronavirus et de son impact économique.

La BNS a également revu à la baisse ses prévisions d'inflation.

La BNS a également revu à la baisse ses prévisions d'inflation. Image: Keystone

Augmentation de salaire

Les trois membres du directoire de la Banque nationale suisse (BNS) ont vu leur salaire augmenter l'année dernière. Le président Thomas Jordan ainsi que Fritz Zurbrügg et Andréa Maechler ont chacun touché 933'333 francs, selon les indications du rapport annuel de la BNS publié jeudi.


En 2018, le salaire du trio s'était élevé à 920'000 francs par dirigeant. En incluant les cotisations sociales de l'employeur, en particulier celle liée à la prévoyance, la rémunération diffère. Thomas Jordan et Fritz Zurbrügg ont touché 1,24 million de francs, contre 1,20 million pour Andréa Maechler.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Banque nationale suisse (BNS) a revu jeudi à la baisse sa prévision d'inflation en dessous de zéro pour 2020. Elle anticipe aussi une croissance négative en raison des lourdes conséquences économiques du coronavirus.

Le renchérissement est prévu cette année à -0,3% contre +0,1% précédemment, en raison de la baisse des cours du pétrole, du repli marqué des perspectives de croissance et du renforcement du franc.

L'inflation devrait être légèrement positive pour 2021, à +0,3%, contre +0,5% jusqu'alors. Elle progressera en 2022 pour s'inscrire à +0,7% (première estimation). La prévision d'inflation conditionnelle repose sur l'hypothèse d'un taux directeur de la BNS maintenu constant à -0,75% pendant les trois prochaines années, prévient l'institut d'émission.

Optimisme pour 2021

Selon la BNS, il est aussi probable que la croissance du PIB suisse sera négative en 2020 en raison du coronavirus et de son impact économique. Elle ne livre pas un nouveau pronostic plus précis. En décembre, la BNS tablait encore sur une croissance comprise entre 1,5% et 2% pour 2020.

«Le net repli conjoncturel à l'échelle mondiale et les mesures prises pour endiguer le virus entraîneront, en Suisse aussi, un recul prononcé de l'activité économique au premier semestre», souligne le communiqué. Le retour à la normale à partir du second semestre pourrait alors déboucher sur une croissance forte en 2021.

Mercredi, Credit Suisse a abaissé ses prévisions de PIB pour 2020 à -0,5%. Les économistes de la grande banque s'attendent à ce que la Confédération tombe dans une «brève» récession cette année en raison de la pandémie de coronavirus.

Plusieurs instituts ont récemment abaissé leurs prévisions de croissance pour la Suisse en 2020, notamment Raiffeisen (-0,2%) et le KOF (+0,3%).

La BNS soulage les banques

Les effets de la crise sanitaire provoquée par le nouveau coronavirus n'ont pas incité la Banque nationale suisse (BNS) à dévier de sa route. L'institut d'émission a maintenu son taux directeur à -0,75%.

La BNS n'a apporté jeudi que quelques retouches à sa politique monétaire, principalement à l'adresse du secteur bancaire, garant de la liquidité dans l'économie. «Ces dernières années, les banques ont accumulé un volume substantiel de fonds propres et de liquidités. Elles ont par conséquent les moyens pour affronter des situations économiques difficiles», indique un communiqué jeudi

Afin que ces liquidités ne leur coûtent pas trop cher, le seuil d'exemption des taux négatifs pour les banques a ainsi été relevé. Dès le 1er avril, le facteur d'exonération passera de 25 à 30, «ce qui réduira la charge de l'intérêt négatif pour le système bancaire».

La BNS envisage également d'assouplir le volant anticyclique de fonds propres, malgré les risques sur les marchés hypothécaire et immobilier. Cette mesure permettrait d'accroître encore davantage la marge de manoeuvre des banques. (ats/nxp)

Créé: 19.03.2020, 10h16

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.