Mardi 18 juin 2019 | Dernière mise à jour 18:12

Suisse L'immobilier de rendement inquiète la BNS

La BNS s'inquiète de la croissance des hypothèques accordées pour financier de l'immobilier de rendement dans des régions où les taux de vacance sont déjà élevés.

La BNS salue les efforts fournis par les deux géants bancaires que sont UBS et Credit Suisse.

La BNS salue les efforts fournis par les deux géants bancaires que sont UBS et Credit Suisse. Image: Keystone

Satisfecit pour UBS et Credit Suisse

UBS et Credit Suisse s'approchent de plus en plus du seuil de fonds propres requis pour les banques présentant un risque systémique («too big to fail 2»). Les deux géants zurichois ont légèrement amélioré leurs capitalisation en 2018, indique jeudi la Banque nationale suisse (BNS) dans son rapport de stabilité financière.

La résilience des deux grandes banques suisses est plus ou moins inchangé par rapport à l'année dernière, précise l'institut d'émission. Les efforts fournis depuis la crise financière ont permis aux deux établissements de réaliser des progrès significatifs, bien que le gendarme financier Finma en exige davantage.

En cas de crise, UBS et Credit Suisse pourraient maintenir les activités les plus importantes sans aucune interruption, affirme la BNS.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Banque nationale suisse (BNS) estime que la situation devient de plus en plus préoccupante pour l'immobilier de rendement en Suisse. L'institut d'émission préconise des mesures supplémentaires pour juguler le risque dans cette catégorie d'investissement, dont les prix ont flambé ces dernières années suite notamment à une forte demande des caisses de pension.

Dans son rapport de stabilité financière, la BNS soutient jeudi la proposition du Conseil fédéral visant à augmenter la pondération du risque pour les crédits présentant un rapport prêt/valeur élevé dans l'immobilier de rendement. La banque nationale accueille d'ailleurs favorablement les mesures d'autorégulation prises récemment par le secteur bancaire.

Ces améliorations devraient être entérinées cette année et entrer en vigueur en 2020, souligne la banque centrale helvétique.

En raison de la faiblesse des taux, les investisseurs institutionnels - dont les caisses de pension - ont placé massivement leurs fonds dans l'immobilier de rendement, qui s'avère plus intéressant et relativement moins risqué que d'autres classes d'actifs, respectivement les obligations et les actions. Cela a contribué à une flambée des prix.

Les risques augmentent

Le gendarme financier Finma et la BNS pointent du doigt un risque de «surchauffe» du marché de l'immobilier de rendement depuis quelques temps déjà. La Banque nationale suisse a constaté une légère détente des prix l'année dernière. Les taux de vacance et les risques ont cependant continué à augmenter.

La BNS s'inquiète tout particulièrement de la croissance des hypothèques accordées pour financier de l'immobilier de rendement dans des régions où les taux de vacance sont déjà élevés.

Le rapport de stabilité fait également le point sur l'exposition au marché hypothécaire et immobilier, accrue par rapport à 2017, des banques actives exclusivement en Suisse. La croissance de leurs volumes hypothécaires a connu une légère augmentation l'année dernière, à 4,2% contre 4,0% un an auparavant.

Ce marché demeure très compétitif en raison de la concurrence des acteurs non bancaires. Les marges hypothécaires demeurent ainsi sous pression, une situation encore aggravée par la faiblesse des taux d'intérêts.

Un choc de taux (remontée subite) ou une récession sévère en zone euro constituent les principaux risques auxquels sont confrontés ces établissements. Un grand nombre des banques tournées vers le marché domestique subirait des pertes, serait affaibli au niveau de la capitalisation, mais survivrait néanmoins, explique la BNS. (ats/nxp)

Créé: 13.06.2019, 09h51

sentifi.com

Le_Martin_Web Sentifi Top themes and market attention on

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.