Mercredi 11 décembre 2019 | Dernière mise à jour 20:02

Conflit fiscal Le boss de Credit Suisse sur un siège éjectable?

Les rumeurs enflent autour d'un accord imminent entre le Credit Suisse et les autorités américaines. La sortie de crise pourrait coûter son siège à Brady Dougan.

Brady W. Dougan , le directeur général de Credit Suisse, lors de l'assemblée générale du groupe vendredi 9 mai au Hallenstadion à Zurich.

Brady W. Dougan , le directeur général de Credit Suisse, lors de l'assemblée générale du groupe vendredi 9 mai au Hallenstadion à Zurich. Image: Keystone

Galerie photo

Le Credit Suisse sur le gril aux USA (septembre 2012 - septembre 2014)

Le Credit Suisse sur le gril aux USA (septembre 2012 - septembre 2014) La banque suisse devra s'acquitter d'une amende record de plus de 2,815 milliards de dollars (2,51 milliards de francs). Le Credit Suisse a dû plaider coupable d'aide à l'évasion fiscale.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le bras de fer entre le Credit Suisse et les autorités américaines est sur le point de se conclure mais la grande banque suisse n'en sortira pas indemne. Au-delà de la certitude d'une amende qui sera plus salée que les 780 millions de dollars infligés à UBS en février 2009, c'est désormais vers le sommet de la banque que se tournent les regards.

Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le directeur général Brady Dougan se trouve dans une posture délicate. Christian Levrat, le président du Parti Socialiste, a réclamé dans la NZZ am Sonntag un coup de balai. Un avis partagé par son homologue du Parti Bourgeois Démocratique (PBD), Martin Landolt, pour qui il est «clair que ce ne sont sûrement pas les mêmes personnes qui vont solder les problèmes du passé».

Si les gesticulations politiques n'ont pour habitude pas de quoi effrayer les directeurs généraux, Brady Dougan doit également faire face à une grogne interne née de son intervention devant la sous-commission permanente du Sénat américain fin février. Il avait rejeté alors la faute sur «un petit groupe de banquiers privés basés en Suisse». Ses équipes n'ont pas apprécié et ne lui ont toujours pas pardonné, entend-on à l'interne.

Plaider coupable

Les actionnaires ne sont pas enthousiastes non plus. Si le Credit Suisse a traversé la crise des subprimes avec moins de dégâts que nombre de ses consoeurs, dont UBS, son action n'a jamais retrouvé les sommets de l'époque où Brady Dougan est entré en fonction en mai 2007. Et le titre sous-performe régulièrement par rapport à ses pairs de la branche.

Les clients n'apprécieront pas non plus que le Credit Suisse plaide coupable (guilty plea) pour éviter une procédure du Department of Justice (DoJ). «Si cela devait arriver, les clients, que ce soit des particuliers fortunés ou d'autres banques, pourraient se détourner», estime Bryan Skarlatos, fiscaliste au cabinet Kostelanetz & Fink, dans la NZZ am Sonntag. «Dans la banque d'investissement, personne ne veut avoir affaire à un établissement qui se reconnait coupable», ajoute Peter Henning, professeur de droit américain.

Une véritable gifle pour Brady Dougan qui a défendu sa banque d'investissement tout au long de ces années. Même si elle a coûté cher au groupe. Lors du premier trimestre 2014, ce sont une nouvelle fois ces activités qui ont déçu avec une baisse du bénéfice avant impôts. Ce qui a fait dire à Tim Dawson, analyste chez le courtier Helvea à Genève que ce secteur «pesait sur la performance».

Ajouté à l'amende pharaonique dont on dit que le montant pourrait atteindre 1,6 milliard de dollars, tous ces éléments pourraient coûter sa place à Brady Dougan, a indiqué à l'agence Bloomberg Beat Wittmann chez TCMG Asset Management AG.

Un bouc émissaire

Une fois réglé le problème avec la justice américaine, la direction et le conseil d'administration n'échapperont donc pas à une remise en question, avec des responsabilités à assumer et des conséquences à tirer. Brady Dougan pourrait constituer un «fusible »parfait, explique-t-on dans les milieux bancaires.

Autrefois loué pour sa nationalité qui lui permettait de mieux saisir les procédures outre-Atlantique, son départ après l'annonce d'un accord pourrait symboliser le renouveau de la banque qui cherche à tourner une page américaine bien coûteuse.

Brady Dougan servirait ainsi de bouc émissaire, ajoutent certains. De quoi également calmer une Vox Populi que les salaires stratosphériques des dirigeants exaspèrent. Le directeur général a vu son salaire augmenté au titre de l'exercice 2013 et a reçu 9,79 millions de francs alors que les chiffres annuels de la banque ont déçu les marchés.

En fonction depuis sept ans

Beaucoup de monde souhaite un renouvellement, Brady Dougan étant aux commandes depuis plus de sept ans. Plusieurs avocats soulignent que la pression sur Brady Dougan a beaucoup augmenté, à l'instar de James Henry, fiscaliste du Tax Justice Network. Et d'autres ne seraient pas surpris que le directeur général du Credit Suisse négocie déjà son départ.

Dans ce contexte toute démission du directeur général résonnerait comme un coup de tonnerre après une assemblée générale. Et les quelques applaudissements qu'il a reçus à cette occasion pourraient également saluer son départ.

Créé: 12.05.2014, 15h19

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.