Jeudi 18 juillet 2019 | Dernière mise à jour 11:26

Horlogerie Cet or qui fait briller les exportations de montres

Les montres en or flambent sur les marchés de l’horlogerie suisse. Valeur-refuge, le métal jaune est préféré aux solutions plus aventureuses ou moins chères, constate Kalust Zorik, spécialiste en marketing horloger.

Les montres en or ont représenté presque 40% de la valeur totale des exportations horlogères suisses le mois dernier.

Les montres en or ont représenté presque 40% de la valeur totale des exportations horlogères suisses le mois dernier. Image: Keystone

Main d'or

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En juin, les exportations de montres en or ont bondi de 18,7% en volume (51'200 pièces). Et de 42,5% en valeur, à 706,9 millions de francs!

Ces pièces or représentent presque 40% de la valeur totale des exportations horlogères suisses le mois dernier. Pour seulement 2% des volumes.

Le Matin – Comment s’explique ce succès de la montre en or?

Kalust Zorik – L’or, c’est de la valeur. Mieux, l’or a changé de catégorie de prix. Vu la situation économique globale, il s’est réinstallé à un niveau de prix beaucoup plus élevé. Les gens ont oublié les 300 ou 400 dollars d’antan. On en est à plus de mille dollars depuis un bout de temps. Les investisseurs attendent des prix plus élevés encore. Et les gens s’y habituent. L’état de fait entre dans les habitudes. Les gens reviennent vers l’or.

L’horlogerie produit de nombreux nouveaux matériaux. Ce succès de l’or vous fait-il penser que le client horloger est conservateur?

Bien sûr. Très souvent, quand le client achète une montre, il se pose la question de la revente. Cette valeur de revente fait de la montre un investissement-refuge. L’or en rajoute encore à cette dimension de valeur-refuge.

En 2012, pourquoi achète-t-on une montre en or?

Pour sa valeur refuge justement. Sa valeur de revente en cas de problème. Bien sûr, la dimension esthétique entre en jeu. Mais elle est liée à la valeur. Aujourd’hui, la montre a acquis ses lettres de noblesse. Mais les gens préfèrent, quand ils le peuvent, l’avoir en or plutôt qu’en acier.

Les marchés montrent-ils tous le même intérêt pour l’or?

Non. Tous les pays pris dans des questionnements sur l’avenir sont portés sur l’or. Et certains en sont traditionnellement très amateurs. Comme la Chine et la Russie, qui sont deux grands marchés horlogers.

Pour les producteurs de montres, focaliser sur l’or ne représente-t-il pas un risque?

Bien sûr. Le fait de travailler de plus en plus d’or oblige à des investissements toujours plus élevés. Les entreprises doivent investir beaucoup plus et ont besoin de cash supplémentaire. La possibilité d’une baisse du prix de l’or est un autre risque. Si le prix baisse, nos exportations en valeurs baisseront aussi. Mais ce n’est pas la tendance qui s’inscrit pour le moment.

Mais tout cet or ne risque-t-il pas d’émousser la créativité technique des horlogers?

La recherche sur les matériaux high-tech a lieu. Mais sous l’angle de la valeur-refuge, seul l’or résiste. Entre titane-carbone ou or, les gens qui peuvent se le permettre choisissent l’or.

L’or pèse beaucoup en termes de valeur dans les exportations. Mais peu en nombre d’unités. N’y a-t-il pas là un risque pour la production et donc l’emploi?

Tout à fait. C’est la question primordiale. L’horlogerie suisse est en pleine fuite en avant dans la pyramide du luxe. Elle doit absolument se préoccuper des entrées de gammes [montres moins chères]. Et voir comment elles réagissent et s’exportent. Un des problèmes est que la quantité de mouvements disponibles est limitée. Leur prix augmente. Ils viennent garnir les pièces en or. Le danger est que l’horlogerie suisse produise de moins en moins d’unités. Mais j’ai confiance en la branche, qui trouvera des alternatives pour sauver les entrées de gammes.

Créé: 20.07.2012, 07h38

sentifi.com

Le_Martin_Web Sentifi Top themes and market attention on

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.