Vendredi 19 avril 2019 | Dernière mise à jour 09:55

Zone euro Bruxelles réduit ses prévisions de croissance

La Commission européenne anticipe en 2019 un ralentissement particulièrement important en Allemagne et Italie, la France n'étant pas épargnée par le coup de frein.

L'inquiétude est grande dans l'industrie automobile allemande.

L'inquiétude est grande dans l'industrie automobile allemande. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Commission européenne a fortement abaissé jeudi ses prévisions de croissance 2019 pour la zone euro, avec un ralentissement particulièrement important en Allemagne et Italie, la France n'étant pas épargnée par le coup de frein anticipé.

Pour cette année, marquée par la persistance des tensions commerciales avec les États-Unis, la Commission européenne table désormais sur une croissance de 1,3% en zone euro, contre 1,9% lors de ses prévisions d'automne publiées le 8 novembre dernier. En 2018, le produit intérieur brut (PIB) avait crû de 1,9%.

La correction est un peu moins forte pour 2020: elle prévoit maintenant une hausse de 1,6%, contre 1,7% auparavant.

Net ralentissement

Pour l'Allemagne, qui souffre du «ralentissement de sa production de voitures», Bruxelles anticipe une croissance à 1,1% en 2019, contre 1,8% lors de ses précédentes prévisions. En 2018, la croissance était de 1,5% et pour 2020, la Commission maintient sa prévision à 1,7%.

Pour l'Italie, la Commission table en 2019 sur une croissance de 0,2%, contre 1,2% le 8 novembre dernier, en soulignant notamment les «incertitudes» pesant sur «la politique budgétaire» du gouvernement populiste.

Ce serait un net ralentissement comparé à 2018, quand l'Italie avait enregistré une croissance de 1%. Pour 2020, la Commission prévoit une hausse du PIB de 0,8%, contre 1,3% auparavant.

En France, l'exécutif européen attend désormais une croissance de 1,3% en 2019, contre 1,6% lors de ses prévisions d'automne, mettant en exergue «les tensions sociales» du mouvement des «gilets jaunes» qui touchent le pays.

En 2018, le PIB hexagonal avait augmenté de 1,5%. Pour 2020, Bruxelles attend désormais une croissance de 1,5%, contre 1,6% lors des prévision d'automne. (afp/nxp)

Créé: 07.02.2019, 11h32

sentifi.com

Le_Martin_Web Sentifi Top themes and market attention on

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.