Dimanche 17 décembre 2017 | Dernière mise à jour 18:35

Union européenne La Bundesbank critique les prêts d'urgence à la Grèce

Les financements d'urgence accordés par la Banque centrale européenne (BCE) aux banques grecques suscitent l'ire du président de la Banque centrale allemande.

La Banque centrale européenne (BCE), à Francfort.

La Banque centrale européenne (BCE), à Francfort. Image: ARCHIVES/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le président de la Banque centrale allemande Jens Weidmann a renouvelé ce vendredi 15 mai ses critiques à l'égard des financements d'urgence accordés par la Banque centrale européenne (BCE) aux banques grecques.

«Vu l'interdiction (qu'a la BCE, selon son mandat) de financer directement les Etats, je ne trouve pas normal que l'on consente à des banques, qui n'ont pas accès aux marchés, des crédits, par lesquels se finance leur pays, qui lui-même n'a plus accès aux marchés», a résumé le président de la Bundesbank, dans un entretien au quotidien économique allemand Handelsblatt.

Privées des accès aux sources de financement classiques des banques depuis l'arrivée au pouvoir à Athènes du gouvernement de gauche radicale d'Alexis Tspiras, les banques grecques ne peuvent depuis février se refinancer qu'uniquement grâce à des prêts d'urgence, plus onéreux pour elles, dans le cadre d'un mécanisme appelé ELA (pour Emergency Liquidity Assistance, assistance de liquidité d'urgence) approuvé par la BCE.

Le plafond de ce mécanisme est réévalué chaque semaine par le conseil des gouverneurs de la BCE, qui, sur fond de bras de fer persistant entre la Grèce et ses partenaires européens, s'interroge sur l'opportunité de durcir davantage les exigences de garanties à fournir par les banques grecques pour obtenir ces prêts d'urgence.

Grexit gérable

«Il y a, au sein du conseil de la BCE, une discussion absolument nécessaire» sur le niveau de sécurité apporté par la Banque de Grèce, juge Jens Weidmann.

Interrogé sur l'intérêt de maintenir la Grèce dans la zone euro ou non, le président de la Buba a répondu que cette décision revenait aux politiques et non aux banquiers centraux.

«Mais il est clair aussi, que cela n'aurait pas dû aller si loin. On a malheureusement offert beaucoup de temps au nouveau gouvernement grec depuis son entrée en fonction», affirme-t-il toutefois, jugeant «gérables» les effets d'un «Grexit» pour le reste de la zone euro, même si cela remettrait en question «l'irréversibilité» de la monnaie unique.

«La balle est de toute évidence dans le camp du gouvernement grec», déclare le patron de la Bundesbank, appelant Athènes à mettre en oeuvre les réformes jugées nécessaires par ses créanciers pour sortir le pays de la crise. (ats/nxp)

Créé: 15.05.2015, 10h48


Sondage

Noël représente-t-il encore quelque chose de religieux pour vous?





Sondage

Internet doit-il être accessible à tous?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.