Lundi 27 janvier 2020 | Dernière mise à jour 00:12

Aviation Un conflit salarial agite Easyjet Suisse

La filiale suisse d'Easyjet peine à trouver un accord avec son personnel qui réclame une revalorisation salariale cumulée de 10% d'ici à 2022.

Easyjet a proposé une augmentation cumulée de 2,6% des salaires d'ici à 2022. Les salariés en veulent 10%.

Easyjet a proposé une augmentation cumulée de 2,6% des salaires d'ici à 2022. Les salariés en veulent 10%. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alors que l'accord salarial conclu entre Easyjet Suisse et ses plus de 700 navigants arrive à échéance au 31 décembre 2019, personnel et direction ne sont pas parvenus à un accord, malgré une hausse de 2,6% proposée à l'horizon 2022 et une prime de 300 francs destinée à couvrir la hausse de l'assurance maladie (LAMal).

Dans une note, le Syndicat des services publics (SSP), partenaire social d'Easyjet pour le personnel de cabine, s'insurge contre ce qu'il qualifie d'offre «inacceptable» et «dérisoire». De son côté, le géant orange du transport aérien, sollicité par AWP, estime que les conditions en vigueur sont «comparables à celles pratiquées par d'autres compagnies aériennes en Suisse».

«Depuis plusieurs années, les augmentations salariales ont été basées sur l'indice suisse des prix à la consommation (IPC), négligeant les augmentations régulières et conséquentes des loyers et de la LAMal», déplore le syndicat, qui reproche à cette base de calcul de ne pas prendre en compte «les augmentations du coût réel de la vie».

Après six mois de négociations, Easyjet a proposé une augmentation cumulée de 2,6% des salaires d'ici 2022, assortie d'une prime de 300 francs en 2020 visant à couvrir la hausse de la LAMal, ainsi qu'une indemnité financière pour compenser le dépassement d'une limite horaire mensuelle.

Proposition largement rejetée

Selon le SSP, l'offre finale de la compagnie a été rejetée par plus de 90% du personnel. Dans son argumentaire, le syndicat reproche à l'entreprise de se retrancher derrière la «conjoncture fragile de l'industrie de l'aviation», alors que le groupe a dégagé lors de son exercice 2018-2019 (clos fin septembre) un bénéfice avant impôts de plus de 590 millions de francs.

«Le personnel soutient aujourd'hui en large majorité une demande de revalorisation cumulée de l'ordre de 10% d'ici à 2022, et la mise en place dès que possible des limitations de travail journalières et mensuelles existant déjà ailleurs dans le réseau», fait valoir le SSP.

Dans sa prise de position, Easyjet Suisse dit «rester ouverte au dialogue» et «mettre tout en oeuvre pour aboutir à une solution qui convienne aux parties prenantes». L'entreprise insiste sur le fait qu'elle respecte toutes les réglementations en vigueur, et que les conditions d'emploi et heures de travail contractuelles sont comparables à celles pratiquées par la concurrence.

Le SSP met en avant que les primes de vol, qui constituent avec les commissions sur les ventes à bord la part variable du salaire des navigants - entre 1400 et 1800 francs par mois - sont jusqu'à 50% inférieures par rapport au reste du réseau d'Easyjet, alors que le coût de la vie en Suisse est 30% plus élevé que dans la plupart des pays européens.

La part fixe est quant à elle de 3244 francs, «soit tout juste 50% du salaire médian suisse en 2016», dénonce le syndicat, insistant sur le fait que c'est sur cette base que sont calculés la prévoyance professionnelle et les compensations maladie, accident et maternité. (ats/nxp)

Créé: 13.12.2019, 12h30

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.