Dimanche 31 mai 2020 | Dernière mise à jour 09:06

Scandale du Libor Credit Suisse nie toute implication

La banque helvétique Credit Suisse a annoncé ne pas être impliquée dans le scandale concernant une manipulation du taux interbancaire Libor, dans un communiqué transmis lundi.

L'établissement indique avoir coopéré ces deux dernières années avec les régulateurs sur le dossier du Libor et continue de travailler avec les autorités.

L'établissement indique avoir coopéré ces deux dernières années avec les régulateurs sur le dossier du Libor et continue de travailler avec les autorités. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Actuellement, nous n'estimons pas que Credit Suisse soit matériellement impliqué dans cette affaire» du Libor, a indiqué la banque dans le communiqué.

L'établissement a ajouté avoir coopéré ces deux dernières années avec les régulateurs sur ce dossier et continue de travailler avec les autorités.

Le directeur général du numéro deux bancaire helvétique, Brady Dougan, avait indiqué samedi dans un entretien au quotidien helvétique Le Temps qu'il n'estimait «pas à l'heure actuelle que Credit Suisse connaisse un problème significatif» concernant l'affaire autour du Libor.

«Notre banque a fait des efforts pour répondre aux demandes de renseignements des autorités de surveillance et nous avons discuté ensemble des résultats de nos recherches», avait-il ajouté.

Les autorités suisses avaient annoncé en février l'ouverture d'une enquête concernant des soupçons de manipulations des taux interbancaires Libor (London Interbank Offered Rate) et Tibor (Tokyo Interbank Offered Rate).

La Comco, le gendarme helvétique de la concurrence, avait estimé que par ces agissements les opérateurs «pouvaient obtenir une distorsion des taux de référence en leur faveur».

Plusieurs banques sous enquête

Outre les deux grandes banques suisses UBS et Credit Suisse, une dizaine d'établissements étrangers et des intermédiaires sont concernés par l'enquête.

Pour les banques étrangères, il s'agit de Bank of Tokyo-Mitsubishi, Citigroup, Deutsche Bank, HSBC, JP Morgan Chase, Mizuho Financial Group, Rabobank, Royal Bank of Scotland, Société Générale et Sumitomo Mitsui Banking Corporation.

La Commission européenne proposera le 25 juillet des amendements à ses propositions législatives sur les abus de marché, afin de faire en sorte que les manipulations de taux interbancaires soient passibles de sanctions pénales, a indiqué jeudi un de ses porte-parole.

Le taux interbancaire Libor est actuellement au centre d'un scandale de grande ampleur au Royaume-Uni, après la mise au jour de manipulations effectuées par la banque britannique Barclays entre 2005 et 2009. (afp/nxp)

Créé: 23.07.2012, 14h59

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.