Lundi 14 octobre 2019 | Dernière mise à jour 01:23

Christine Lagarde La croissance mondiale «fragile» et «menacée»

La directrice sortante du FMI Christine Lagarde exhorte les dirigeants du monde à dialoguer pour ne pas fragiliser la croissance mondiale.

Christine Lagarde le 18 septembre 2019 à Washington.

Christine Lagarde le 18 septembre 2019 à Washington. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La croissance mondiale est «fragile» et «menacée» notamment en raison des tensions commerciales, a souligné jeudi la directrice générale sortante du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, lors d'un entretien exclusif avec l'AFP à Washington.

Qualifiant l'expansion de «plutôt médiocre», elle a aussi exhorté les dirigeants à dialoguer pour tenter de «résoudre les incertitudes qui entourent le monde», en référence à la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine qui pèse sur les échanges à travers le monde, ou encore au Brexit qui assombrit l'avenir en Europe. «Qu'il s'agisse des relations commerciales, du Brexit, des menaces technologiques, ce sont des problèmes créés par l'homme et qui peuvent être réglés par l'homme», a-t-elle ajouté, relevant qu'«un peu de féminité ne ferait pas de mal».

Le FMI avait abaissé fin juillet ses prévisions de croissance mondiale à 3,2%. Depuis, il a prévenu que les tensions commerciales pourraient ralentir encore l'activité. De son côté, l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) s'attend pour 2019 à la croissance mondiale «la plus faible depuis la crise financière», lorsqu'elle avait reculé à 2,9% en 2008 avant de plonger à -0,5% l'année suivante.

Interrogée sur la possibilité qu'elle puisse agir davantage pour convaincre les dirigeants lorsqu'elle prendra la tête de la Banque centrale européenne (BCE) en novembre, Christine Lagarde a répondu: «je continuerai certainement à être déterminée à m'assurer que nous nous concentrons sur les créations d'emplois, la productivité, la stabilité.»

«S'en tenir aux faits»

Pour autant, elle a aussi insisté sur le fait que les institutions monétaires se devaient d'être «prévisibles» et de «s'en tenir aux faits et aux données économiques». «Il y a suffisamment d'incertitude à travers le monde pour ne pas ajouter de l'incertitude sur ce qu'une banque centrale va faire», a-t-elle déclaré.

Alors que le président américain Donald Trump ne cesse de critiquer la banque centrale américaine et son président Jerome Powell, elle a rappelé avoir «constamment» défendu l'indépendance des banquiers centraux.

«Quand j'étais à la tête du FMI, dans les pays où j'ai vu un gouverneur d'une banque centrale lié à des aspirations ou à des impératifs politiques, cela n'a pas bien tourné», a-t-elle réagi, précisant qu'elle ne faisait pas référence aux Etats-Unis ou à l'Europe mais «à des pays plus petits pays où l'indépendance du gouverneur de la banque centrale est parfois menacée». (afp/nxp)

Créé: 20.09.2019, 04h54

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.