Samedi 20 juillet 2019 | Dernière mise à jour 23:21

Banque CS accroît ses parts dans une entreprise chinoise

Le numéro deux bancaire helvétique profite de l'ouverture du marché chinois pour prendre le contrôle d'une entreprise.

La part de la banque aux deux voiles passera à 51%, contre 33%  dans sa coentreprise chinoise, Credit Suisse Founder Securities Limited.

La part de la banque aux deux voiles passera à 51%, contre 33% dans sa coentreprise chinoise, Credit Suisse Founder Securities Limited. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La grande banque Credit Suisse entend profiter à son tour de l'ouverture du secteur financier chinois aux acteurs étrangers. Le numéro deux bancaire helvétique a signé un accord visant à la prise de contrôle sur sa coentreprise Credit Suisse Founder Securities Limited.

La part de la banque aux deux voiles passera ainsi à 51%, contre 33% jusqu'ici, indique Credit Suisse lundi. Le partenaire dans cette coentreprise, Founder Securities, détiendra les 49% restants. L'opération doit encore obtenir le feu vert des autorités compétentes.

Fondé en 2008 et basé à Pékin, Credit Suisse Founder Securities Limited fournit toute une palette de prestations de banque d'affaires sur le marché chinois, tout comme du conseil financier. Depuis 2016, la société déploie également des activités de courtage depuis Shenzhen.

Obtenir le feu vert des autorités

Credit Suisse, dont la présence dans l'Empire du Milieu remonte à plus de 30 ans, dispose également d'une coentreprise spécialisée dans la gestion d'actifs, montée en partenariat avec le géant bancaire chinois Industrial and Commercial Bank of China (ICBC). ICBC Credit Suisse Asset Management gérait à fin 2018 une masse de 1300 milliards de yuans, soit 194 milliards de francs.

Il y a encore quelque mois de cela, les établissements financiers voulant opérer en Chine continentale devaient obligatoirement s'allier avec une entreprise du cru, à condition que la nouvelle entité demeure majoritairement en mains locales. Face à la pression internationale, le gouvernement chinois a abandonné cette règle controversée l'année dernière.

En mai 2018, l'autre grande banque suisse UBS avait été l'une des premières à profiter de cette nouvelle possibilité, déposant une demande pour faire passer ses parts dans la coentreprise UBS Securities de 25% à 51%. (ats/nxp)

Créé: 15.04.2019, 15h50

sentifi.com

Le_Martin_Web Sentifi Top themes and market attention on

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.