Mardi 17 septembre 2019 | Dernière mise à jour 12:40

Start-up Dix-sept ans et chef d'entreprise

Viré de son gymnase l’été passé, le Vaudois Nathan Ganser a rebondi en Grande-Bretagne. À 17 ans, il est en passe de créer son réseau social.

Sur la version provisoire de son site, le directeur débutant a posté une vidéo et un schéma résumant sa démarche.

Sur la version provisoire de son site, le directeur débutant a posté une vidéo et un schéma résumant sa démarche. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Fêter mon anniversaire était psychologiquement difficile. Je pensais déjà être à la tête de mon entreprise avant 17 ans.» Sous ses airs de petit prétentieux, Nathan Ganser est un grand ambitieux. Viré en juin 2016 du Gymnase de Morges pour avoir mis en place un blog destiné à noter ses enseignants, l’adolescent a rebondi avec un séjour linguistique en Grande-Bretagne dès septembre. Alors que les cours pour apprendre la langue de Shakespeare devenaient «un peu boring», il a profité de son temps libre pour réaliser son rêve de toujours: être chef de sa propre société.

Son idée? «Un réseau social où seules les rencontres basées sur des intérêts communs auraient lieu, évitant ainsi les relations vides de sens qu’on cultive à travers les amitiés créées sur Facebook ou sur Twitter.» Le site a été baptisé Webbiger.com «parce qu’il faut voir l’avenir en grand», affirme le jeune Vaudois.

Intérêts communs

Comment fonctionne sa plate-forme? «Dans un premier temps, il faut s’inscrire sur le site pour devenir membre. Je pense que cela coûtera entre 2 et 5 francs par mois, explique Nathan Ganser. Plutôt que de fonctionner avec un répertoire de profils d’utilisateurs, il y aura une liste de sujets de discussion, dans diverses langues. Il suffira ensuite de cliquer sur un titre qui vous intéresse pour instantanément discuter avec d’autres personnes ayant des intérêts communs. Il s’agit ainsi d’une façon de se faire des amis avec qui on a réellement des affinités.» Pour limiter d’éventuels propos ou contacts illicites, l’administrateur compte sur la dénonciation. «Chaque utilisateur pourra signaler un autre membre qui aura un comportement inapproprié, détaille-t-il. Si cela se confirme après un examen de la personne dénoncée, le compte sera bloqué.»

Le projet a été lancé en février, après des mois de réflexion. «Avec les 500 premiers francs obtenus dans mon entourage, j’ai embauché un informaticien de 36 ans basé en Inde, raconte Nathan Ganser. Nous discutons régulièrement en ligne, afin de développer le site. La récolte des 12 000 francs manquants pour terminer la conception de la plate-forme débute aujourd’hui sur le site de crowdfunding Kickstarter.» Il ne manque plus que les dons.

Créé: 27.03.2017, 11h54

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.