Jeudi 19 septembre 2019 | Dernière mise à jour 03:14

Cryptomonnaies «Un e-franc serait très bon pour l'économie»

Le président du groupe financier SIX déclare, dans le Financial Times, que la BNS devrait lancer sa propre cryptomonnaie.

Banque nationale suisse.

Banque nationale suisse. Image: Archives/Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Banque nationale suisse (BNS) devrait lancer sa propre cryptomonnaie, selon le président du groupe financier SIX. L'opérateur de la Bourse suisse reste toutefois méfiant vis-à-vis du bitcoin et de ses homologues.

«Un e-franc sous le contrôle de la banque centrale créerait de nombreuses synergies, ce serait très bon pour l'économie», a déclaré Romeo Lacher dans une interview au Financial Times. L'e-franc apporterait un soutien au commerce local, car il doperait le recours aux paiements électroniques, a assuré Romeo Lacher dans l'article publié lundi.

Les exemples de cryptomonnaies étatiques sont rares pour l'instant. La banque centrale de Suède, la Riksbank, fait figure de pionnière et doit introduire prochainement sa «e-couronne». La BNS défend une position plus conservatrice sur cette question. Sollicitée par le quotidien britannique, elle a indiqué qu'il n'y avait actuellement pas besoin d'une telle cryptomonnaie.

Le président de SIX rappelle les déclarations récentes du conseiller fédéral et ministre de l'Economie Johann Schneider-Ammann, pour qui la Suisse doit devenir une «crypto-nation». L'Ethereum, deuxième plus importante cryptomonnaie au monde après le bitcoin, a été lancée par une société helvétique.

Le secteur privé, un «far west»

La multiplication des levées de fonds basées sur la technologie blockchain, ou ICO («initial coins offerings»), suscite toutefois des craintes auprès de Romeo Lacher. «Jusqu'à très récemment, la valeur des cryptomonnaies n'a connu qu'une direction, vers le haut.

Lorsque le premier effondrement d'ICO sera intervenu, le marché se sera brûlé les doigts», soutient-il.

Un tel scénario entraînerait un regain de prudence dans ce domaine, contexte défavorable au lancement de cryptomonnaies par les banques centrales. Cela reviendrait à laisser le contrôle de ces instruments au secteur privé, le «far west», avertit le dirigeant.

SIX ne compte d'ailleurs pas changer de politique au sujet du bitcoin et de ses homologues. «Nous n'avons actuellement aucun plan visant à permettre le négoce de cryptomonnaies ou d'ICO», affirme Romeo Lacher. Ce dernier souligne toutefois que la technologie blockchain, qui sert de base aux devises électroniques susmentionnées, dispose d'un important potentiel pour les activités du groupe financier.

SIX Group est détenu par de nombreuses banques suisses et étrangères. La société zurichoise exploite la Bourse suisse, mais fournit également une série de services qui vont des paiements électroniques aux informations financières. (ats/nxp)

Créé: 26.02.2018, 09h25

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.