Samedi 22 février 2020 | Dernière mise à jour 23:34

Marque L'empire Kors s'étend au luxe

Le groupe fondé par le designer américain veut se faire une place au côté des grands noms de la mode. Il s’est donné trois ans.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Son nom est partout: sacs à main, chaussures, vêtements, parfums! Michael Kors en veut pourtant toujours plus. Le groupe de prêt-à-porter et d’accessoires basé à New York a annoncé que le rachat de la marque Jimmy Choo pour un milliard d’euros n’était que le début de sa stratégie pour basculer d’ici à 2020 dans l’univers du luxe. Le styliste Michael Kors, 58 ans le 9 août, s’est cousu un destin hors normes dès son plus jeune âge: à 4 ans, il posait déjà dans des publicités pour du papier toilette et des céréales. Né Karl Anderson Jr, il doit à sa mère Joan, ancien modèle pour une marque de cosmétiques, ses premières réflexions stylistiques face à la robe de mariée qu’elle comptait porter pour dire oui en secondes noces à l’homme d’affaires Bill Kors.

À 5 ans, il habille sa maman

«J’étais avec elle pour les essayages, dans un coin, en train de faire des grimaces. Elle m’a demandé ce qui n’allait pas. Et je lui ai dit: «Je ne sais pas, c’est trop chargé, il y a trop de nœuds. Cela serait plus joli sans.» Ce moment est resté gravé dans toutes les mémoires de la famille. «Il avait 5 ans et il disait à sa grand-mère comment couper ses cheveux, comment s’habiller. Et nous étions tous là, à l’écouter parce qu’on avait vraiment l’impression qu’il savait de quoi il parlait», a raconté la mère de Michael Kors, l’un de ses tout premiers mannequins et source d’inspiration pour certains des sacs à main du designer.

Avec sa grand-mère, Michael Kors est devenu un accro du shopping, pour l’avoir accompagnée tous les jours chez Loehmann’s, un grand magasin à bas prix de Brooklyn. Et encore aujourd’hui, Michael Kors entend la voix de son grand-père, qui refusait d’aller au match de baseball le samedi parce qu’il avait des essayages à faire chez son tailleur. Fonctionnant à l’intuition, Michael Kors ne finira jamais ses études au Fashion Institute of Technology à New York. Il commence sa carrière comme vendeur pour une boutique de luxe à Manhattan, tout en dessinant sa première collection dans son petit appartement. Il a 21 ans et tout à apprendre de cet univers. «Je ne savais même pas comment les vêtements arrivaient en boutique», s’est-il souvenu en début d’année sur CBS News. En 1981, il fonde sa marque et livre ses premiers articles à Bergdorf Goodman, le magasin de luxe sur la Cinquième Avenue.

Dès le début, son terrain de jeu, c’est le «sport chic sexy». «Michael a toujours su proposer des choses qui aident la femme américaine moderne à être au top. Chez lui, c’est la femme qui est au centre, pas les vêtements», résume Anna Wintour, la puissante rédactrice en chef de Vogue USA et l’un de ses premiers soutiens, tout comme la créatrice Vera Wang. Elles l’ont connu alors qu’il avait 24 ans, des boucles blondes et un look disco qui faisait mal aux yeux. Aujourd’hui, le président d’honneur du groupe qui porte son nom ne quitte plus ses lunettes d’aviateur, son jean bleu, son T-shirt noir et sa veste noire. C’est sa signature qui, sur ses sacs, s’écrit le plus souvent en lettres dorées.

Faillite et renaissance

C’est d’autant plus précieux que dans les années 90, Michael Kors a failli perdre son rêve, parti en faillite. Dès 2004, sa chance pour tout rebâtir se nomme «Projet Runway», une émission de mode dans laquelle Michael Kors sera juré auprès de stylistes débutants, durant 10 saisons. Un coup de projecteur essentiel pour devenir l’ami des stars. Mais pas seulement. Michael Kors a compris avant ses concurrents qu’il devait proposer des vêtements de qualité à toutes les femmes et diversifier les silhouettes: «Un bon designer, c’est celui qui sait habiller tout le monde. Moi, j’adore habiller ma clientèle, peu importe son âge et sa taille.» Une passion qui a permis au groupe de s’installer dans une centaine de pays et d’atteindre un chiffre d’affaires global de 4,5 milliards de dollars.

Créé: 01.08.2017, 15h14

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.