Jeudi 23 janvier 2020 | Dernière mise à jour 04:48

Tessin Enquête étendue sur les concessionnaires VW

Mardi, la Commission de la concurrence a révélé qu'elle poursuivait son enquête sur d'autres concessionnaires de Volkswagen au Tessin.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Commission de la concurrence (Comco) a annoncé mardi l'extension de son enquête «Concessionari Volkswagen» ouverte en juin 2018 à de nouveaux états de faits et envers d'autres concessionnaires tessinois des marques du groupe Volkswagen.

Sollicité par AWP, l'importateur Amag indique avoir été informé de ce développement et assure collaborer pleinement avec les autorités dans le cadre de l'enquête. «En raison de la procédure en cours, nous ne pouvons pas fournir plus de commentaires», a fait savoir un porte-parole.

Accords illicites

Sur la base des indices recueillis au cours de l'enquête, le gendarme de la concurrence soupçonne désormais les accords illicites de remonter à 2006, alors que les faits incriminés initialement portaient initialement sur les années 2012 et suivantes.

«En outre, les entreprises se seraient entendues sur les conditions de vente pour les véhicules des marques du groupe Volkswagen, ainsi que sur la répartition territoriale», et ce tant dans le cadre de marchés publics que de la vente aux particuliers, indique la Comco dans un communiqué.

Nouveaux indices

Selon le régulateur, de nouveaux indices portent à croire que d'autres concessionnaires seraient impliqués, débouchant sur une extension de l'enquête en date du 9 décembre et la réalisation de perquisitions «auprès de certaines entreprises».

Fin juin 2018, la Comco avait ouvert une enquête contre plusieurs distributeurs autorisés des marques du groupe Volkswagen dans le canton italophone, qu'elle soupçonne d'accords illicites dans le cadre de marchés publics à partir de 2012.

«Il n'y a pas de cartel», avait à l'époque affirmé à AWP Oliviero Milani, ex-membre de la direction d'Amag en charge du marché tessinois, assurant attendre «avec sérénité la clôture de l'enquête qui fera la lumière sur notre innocence». Il avait également insisté sur le fait que le réseau de concessionnaires est régulièrement informé sur le caractère illicite de toute entente sur les prix.

«Série de divergences»

Remercié ainsi que son directeur des ventes l'été dernier, Oliviero Milani avait déclaré a tio.ch que son départ n'était pas «entièrement dû à l'enquête ouverte par la Comco», mais que celle-ci «n'a sûrement pas aidé à trouver des solutions appropriées».

Laissant entendre que la décision avait été prise par la direction de l'importateur, il avait évoqué «une série de divergences» sans plus de précisions. Sandro Schwager, actuellement en charge des ventes pour la région Schaffhouse/Winterthour, reprendra la direction d'Amag au Tessin au 1er février prochain, a indiqué un porte-parole du groupe. (ats/nxp)

Créé: 18.12.2019, 08h42

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.