Dimanche 12 juillet 2020 | Dernière mise à jour 22:47

Economie Ces entreprises suisses que la Chine fait trembler

Les soubresauts de l’économie chinoise inquiètent bon nombre d'entreprises suisses pour qui l'Empire du milieu est devenu un marché essentiel.

Les montres suisses sont très prisées en Chine, même si les Chinois préfèrent les acheter à l'étranger où elles ne sont pas soumises à la taxe chinoise sur les produits de luxe.

Les montres suisses sont très prisées en Chine, même si les Chinois préfèrent les acheter à l'étranger où elles ne sont pas soumises à la taxe chinoise sur les produits de luxe. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Chine essaie de faire face au ralentissement de son économie et les mesures de relance annoncées par le gouvernement chinois ont momentanément calmé les bourses et les investisseurs.

La banque centrale chinoise (PBOC) a annoncé mardi la baisse de ses taux d'intérêt et abaissé de 50 points de base les ratios des réserves obligatoires imposés à certains établissements financiers, une mesure censée leur permettre de prêter davantage.

La Chine est logiquement devenue un marché important pour de nombreuses entreprises suisses. Que ce soit des banques ou des groupes horlogers. Pour Swatch, il s'agit désormais de son marché principal qui représente 37% de ses ventes, sans compter les montres qu'achètent les touristes chinois en vacances à l'étranger, où elles ne sont pas soumises à une taxe sur le luxe.

L'horlogerie ne sait sur quel pied danser

Le directeur général Nick Hayek a reconnu dans une interview au Wall Street Journal que la Chine et Hong Kong étaient devenus des marchés difficiles mais qu'il y avait aussi des avantages, puisque les coûts du groupe dans le pays reculaient.

Richemont, dont les chiffres sur cinq mois seront publiés à la mi-septembre, a de son côté fait état de ventes en baisse de 6% à taux de changes constants dans la région Asie-Pacifique. Qui représente dorénavant près de 41% de son chiffre d'affaires total.

Pas que l'horlogerie

Mais d'autres entreprises suisses sont également exposées en Chine, comme le rappelle le site Watson. Comme le groupe genevois SGS, numéro un mondial de l'inspection et de la certification. Qui, signe des temps, a nommé au début de l'année le Sino Suisse Frankie Ng au poste de directeur général.

Le développement des activités du groupe en Chine fait partie de ses objectifs, comme il l'a déclaré au début août dans une interview parue dans la Neue Zürcher Zeitung. SGS y enregistre déjà 15% de son chiffre d'affaires.

L'industrie également attentive

Le développement du pays a également profité au spécialiste mondial des ascenseurs et autres escaliers mécaniques, le groupe lucernois Schindler, qui y réalise plus de 17% de ses ventes, selon la Banque cantonale de Zurich. L'entreprise redoute que ses clients chinois ne repoussent désormais leurs projets en raison de la situation dans le pays.

La position du fabricant de machines-outil OC Oerlikon en Chine est encore plus forte, avec une part de 25% de son chiffre d'affaires, selon les estimations d'analystes. L'entreprise compte également y renforcer sa position après avoir dévoilé la création d'une co-entreprise en Chine au début juillet.

DKSH Holding n'est peut-être pas le plus connu des groupes mais son secteur d'activité, les services d'expansion pour les entreprises, est très exposé en Asie puisque 710 de ses 735 filiales y sont présentes. Dans son rapport semestriel, le groupe faisait état d'une demande en baisse en «Chine et à Hong Kong pour les articles de luxe».

Créé: 26.08.2015, 10h13

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.