Lundi 21 octobre 2019 | Dernière mise à jour 21:37

Suisse HSBC plombé en 2017 par de vieilles affaires

Les affaires héritées du passé ont plombé la performance de l'établissement, filiale du géant bancaire britannique HSBC, qui a dû constituer des provisions.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

HSBC Private Bank Suisse a redressé la barre en 2017, sans toutefois sortir des chiffres rouges. Les affaires héritées du passé ont plombé la performance de l'établissement, filiale du géant bancaire britannique HSBC, qui a dû constituer des provisions.

Les sommes sont notamment destinées à régler des litiges liés à l'affaire Falciani, dont l'origine remonte à plus de dix ans. La banque genevoise a subi en 2017 une perte avant impôts de 184 millions de dollars (170,3 millions de francs), à comparer aux -491 millions de l'année précédente, selon les indications obtenues mardi par l'agence financière awp.

En 2016, des dépréciations d'actifs et la constitution de provisions avaient fait plonger les résultats de HSBC Private Bank Suisse. La contre-performance enregistrée l'année dernière est elle imputable une nouvelle fois à des éléments non récurrents.

Eventuelles amendes

HSBC Suisse se prépare à d'éventuelles amendes réclamées par des juridictions étrangères, sur la base de données volées en 2006-2007 par l'ex-informaticien Hervé Falciani.

En novembre 2017, l'établissement genevois a réglé une amende de 300 millions d'euros au Trésor français, afin de clore l'un des volets de l'affaire. Deux anciens dirigeants de la banque privée font toujours l'objet de poursuites pénales dans l'Hexagone.

D'autres pays comme l'Espagne, les Etats-Unis, la Belgique, l'Inde et l'Argentine mènent des procédures contre la filiale helvétique pour évasion ou fraude fiscale, blanchiment d'argent et démarchage illicite de clients. A fin décembre, le groupe a constitué pour ces affaires une provision de 604 millions de dollars.

Plusieurs affaires

Au niveau des litiges, HSBC Suisse est encore empêtrée dans les affaires de manipulation du Libor, de l'Euribor, d'autres taux de référence et du marché des changes. La banque affirme coopérer avec les autorités qui ont lancé ces enquêtes.

Sur le plan opérationnel, la division Global Private Bank, qui sert des clients investissant dès 5 millions de dollars, a accusé une perte avant impôts de 192 millions, contre -493 millions en 2016. Les éléments extraordinaires susmentionnés ont pesé sur la plus importante unité de l'établissement.

La banque de détail a plongé dans les chiffres rouges, à -2 millions de dollars, alors qu'elle avait bouclé à l'équilibre en 2016. L'activité banque commerciale a vu son résultat reculer de 22,2% à 7 millions.

Le volume de crédits s'est enrobé de 2% à 8,39 milliards de dollars. Les dépôts clientèle se sont fixés à 7,94 milliards, ce qui représente une chute de 16,2%. Cette baisse illustre un transfert des avoirs des comptes vers des produits d'investissements. L'argent demeure dans le giron d'HSBC Suisse, qui ne publie toutefois pas sa masse sous gestion. (ats/nxp)

Créé: 20.02.2018, 06h43

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.