Dimanche 17 février 2019 | Dernière mise à jour 22:21

Banques Le cas du Credit Suisse sera soumis à évaluation

Le Credit Suisse pourrait être exposé en Suisse à une sanction sectorielle dans le cadre du dossier lié au conflit fiscal avec les Etats-Unis. Une commision de l'Association suisse des banquiers (ASB) va examiner son cas.

Image: ARCHIVES/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Réglé désormais outre-Atlantique, le cas est susceptible d'intéresser la commission de surveillance de la Convention de diligence, au sein de l'Association suisse des banquiers (ASB).

Le lancement d'une éventuelle procédure trouve son fondement dans la Convention relative à l'obligation de diligence des banques (CDB), un document conclu entre l'ASB et les banques. Ce dernier interdit notamment l'assistance active à la soustraction fiscale et à des actes analogues.

Questions de délimitation

L'aveu de culpabilité du Credit Suisse devant la justice américaine il y a dix jours apporte déjà une réponse à l'aune de l'existence de fautes. Les difficiles questions de délimitation doivent toutefois être éclaircies, a indiqué Georg Friedli, secrétaire de la commission de surveillance de la Convention de diligence.

Il s'agit en particulier de déterminer si des collaborateurs du numéro deux bancaire helvétique ont manqué aux règles fixées dans le cadre du secteur. Le document de base interdit aux banques toute manœuvre de tromperie des clients vis-à-vis des autorités, que celles-ci soient suisses ou étrangères.

Les travaux sont en cours devant la commission de surveillance de la Convention de diligence. La décision d'ouvrir ou non une procédure à l'encontre de Credit Suisse devrait intervenir ces prochaines semaines, explique Georg Friedli. Dans le cas de l'affaire UBS en 2009, aucune action n'avait été engagée.

Sanction financière limitée

Si la commission de surveillance de la Convention de diligence venait à ouvrir une procédure, le Credit Suisse ne risquerait pas pour autant beaucoup. En effet, la sanction financière la plus élevée que l'organe est en mesure de prononcer se monte à 10 millions de francs.

Autre instance à même d'émettre des sanctions en Suisse, l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) a déjà bouclé ses investigations en 2012. Elle avait alors constaté des «violations importantes des obligations prudentielles».

La FINMA avait émis plusieurs mesures à l'adresse de Credit Suisse, des mesures que l'établissement avait mis en oeuvre à satisfaction. Le gendarme bancaire n'entend pas rouvrir le dossier, à moins que des éléments nouveaux n'apparaissent, a dit son porte-parole Tobias Lux.

Pour rappel, le Credit Suisse a écopé d'une amende record la semaine dernière se montant à 2,815 milliards de dollars (2,51 milliards de francs) au total. La banque a plaidé coupable d'avoir conseillé et aidé des clients américains à préparer des «déclarations fiscales tronquées» et échapper aux impôts aux Etats-Unis. (ats/nxp)

Créé: 29.05.2014, 15h45

sentifi.com

Le_Martin_Web Sentifi Top themes and market attention on

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.