Dimanche 16 juin 2019 | Dernière mise à jour 15:15

Novartis Daniel Vasella renonce à son pactole, mais sous conditions

Daniel Vasella dit «avoir compris». En réalité, il a négocié jusqu'au bout l'abandon de ses 72 millions d'indemnités et n'a cédé qu'après avoir obtenu l’abrogation de l'accord de non-concurrence convenu avec Novartis.

Galerie Photos

Les années de Daniel Vasella à la tête de Novartis

Les années de Daniel Vasella à la tête de Novartis Daniel Vasella remet son mandat de président et quitte Novartis. Retour sur ses années de règne à la tête de la multinationale bâloise.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A en croire le communiqué officiel, Daniel Vasella a renoncé mardi de lui-même aux 72 millions de francs que devait lui verser Novartis dans les cinq premières années de sa retraite. A elles seules, la pression de l'opinion publique et la crainte des actionnaires l'auraient, somme toute, ramené à la raison.

«J’ai compris que nombreux sont ceux, en Suisse, qui jugent ce montant exagéré en dépit du fait que j’avais annoncé mon intention de le verser à des œuvres caritatives», écrit le président sortant de Novartis dans le communiqué. En réalité, il aura fallu aussi que les autres administrateurs de Novartis, également soucieux de leur image, entrent en action, relève le Tages-Anzeiger dans son édition de mercredi.

Pas d'argent, pas d'accord

Avant que Daniel Vasella ne cède, plusieurs conférences téléphoniques et une difficile négociation auront été nécessaires, ajoute le journal zurichois. Daniel Vasella n'a pas abandonné sans condition: Novartis a dû accepter en échange d'abroger l'accord de non-concurrence aux termes duquel Daniel Vasella devait renoncer pour cinq ans à travailler pour les concurrents ou à leur vendre tout ou partie des 3 millions d'actions Novartis en sa possession, d'une valeur totale voisine de 200 millions de francs.

Les observateurs jugent faible cependant le risque de voir Novartis subir tantôt un préjudice concurrentiel du fait de Daniel Vasella. Ulrich Lehner, vice-président et bientôt président ad intérim du conseil d'administration du groupe bâlois dit «croire encore» en la validité de l'interdiction de concurrence. Cela même si, selon l'article 340 du Code suisse des obligations, la «prohibition de faire concurrence» doit faire l'objet d'un accord écrit.

Dernier rempart, le futur statut de «président d'honneur» du conseil d'administration de Novartis devrait également inciter Daniel Vasella à ne pas accepter de mandat auprès d'un groupe pharmaceutique concurrent. Les responsables de Novartis ont en tout cas confirmé, hier, leur intention de confier cette fonction honorifique au Fribourgeois.

Créé: 20.02.2013, 12h27

sentifi.com

Le_Martin_Web Sentifi Top themes and market attention on

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.