Mardi 19 novembre 2019 | Dernière mise à jour 12:58

Tourisme Fribourg et d'autres se jouent de la crise

Infrastructures modernisées, tourisme d'affaires, nouvelle clientèle: Fribourg comme d'autres régions et sites touristiques en Suisse prouvent qu'il est possible d'évoluer à contre-courant d'une conjoncture déprimée.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les derniers chiffres du tourisme ne sont pas bons. Pourtant, au moment où l'hôtellerie suisse affiche dans son ensemble un recul de 3,7% des nuitées pour le 1er semestre 2012, le tourisme fribourgeois vit un succès éclatant: au pays des Armaillis, les hôtels affichent un bond de 9,9% de leurs nuitées pour les six premiers de l'année.

Qu'ont donc entrepris les Fribourgeois pour établir ce record de Suisse? Ils ont d'abord complété et renouvelé leurs infrastructures.

Capacité en hausse

Le nouvel Hôtel Ibis ouvert cette année à Bulle explique une partie de la progression, relève Fabien Mauron, interrogé par Le Matin. La région de Bulle profite de l'installation de nouvelles usines et de l'arrivée d'une importante clientèle d'affaires, ajoute Thomas Steiner, directeur de l'Union fribourgeoise du tourisme.

Le fait d'avoir une clientèle à 65% suisse rend la région relativement moins sensible aux aléas de l'euro. «Ceci dit, la clientèle française, la deuxième plus importante avec une part de 15%, de même que celle en provenance d'Allemagne, qui représente 10 à 12% des nuitées, nous restent très fidèles», souligne Fabien Mauron.

«Les deux apprécient bien les forfaits week-end et semaine qui leur sont proposés», précise le responsable gruyérien. A Broc (FR), l'Hôtel Broc'aulit confirme: il a vu sa clientèle touristique augmenter de 8%. Une progression qui a plus que compensé le recul de 5-6% de sa clientèle d'affaires.

«Notre rapport qualité-prix est plus favorable qu'en d'autres endroits», traduit Thomas Steiner. «Notre hôtellerie profite également des campagnes que nous avons menées à Genève et à Zurich. Beaucoup par exemple redécouvrent Morat et ses remparts».

Pour le reste, les hôtels de la Ville de Fribourg, en partie réaménagés, ont accru leur taux d'occupation. Les Bains de la Gruyère, ouverts en 2007, restent en outre «sur la lancée qui les a déjà vu franchir le cap des 200'000 visiteurs en 2011»: ils ont un effet stabilisateur, note Fabien Mauron.

L'attrait du wellness

Ailleurs en Suisse, l'offre wellness continue de jouer un rôle majeur dans le succès de l'offre hôtelière. L'Hôtel La Val de Brigels, dans les Grisons, se félicite ainsi d'avoir choisi de se spécialiser en hôtel-spa.

Ouvert en 2010, il ne désemplit pas depuis. «Notre taux d'occupation est actuellement de 100%», se réjouit son directeur Chris Faber. Les Suisses représentent les deux tiers de la clientèle, voire les 90% en fin de semaine. «Ceux qui ont un job astreignant apprécient de se relaxer», note l'hôtelier grison.

Nouvelle clientèle

A l'instar de Fribourg, la région d'Interlaken reste aussi en progression (+1,7%) avec l'arrivée, en plus de la clientèle indienne, de nombreux touristes musulmans en provenance des pays du Golfe.

Du coup, les hôtels y proposent des tapis de prière avec boussoles intégrées, question de trouver à coup sûr la bonne orientation, l'heure de la prière venue.

Créé: 17.08.2012, 06h37

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.