Lundi 6 avril 2020 | Dernière mise à jour 14:02

Alimentation Nestlé veut céder ses surgelés Davigel à Brakes

Le groupe suisse est en négociations exclusives avec Brakes Group pour le rachat de sa filiale française Davigel.

Aucun détail financier n'a été révélé par Nestlé concernant cette opération.

Aucun détail financier n'a été révélé par Nestlé concernant cette opération. Image: Archives/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nestlé pourrait vendre sa filiale française de surgelés Davigel à Brakes Group. Le géant vaudois de l'alimentation est «en négociation exclusive» avec le groupe britannique qu'il décrit comme «un acteur majeur européen de la restauration».

«La transaction est soumise à la consultation des organisations représentatives du personnel et à l'approbation des autorités de la concurrence», indique Nestlé ce mercredi 15 dans un communiqué. La multinationale veveysanne refuse de dévoiler le prix que devrait débourser Brakes, détenu par le fonds d'investissement américain Bain Capital.

Nestlé confirme ainsi des informations parues la veille dans la presse française. Selon «Les Echos», l'opération donnerait naissance au numéro deux du secteur derrière Pomona.

Le géant vaudois avait annoncé mi-novembre son intention de se séparer de sa filiale de surgelés, indiquant étudier «les options stratégiques pour le développement» de Davigel, qui lui appartient depuis 1989.

La société, sise à Dieppe, en Haute-Normandie, emploie 3100 personnes. En 2013, son chiffre d'affaires a atteint 700 millions d'euros (723,7 millions de francs). Les ventes de Brakes Group ont, elles, dépassé les 3 milliards de livres (4,3 milliards de francs) en 2013.

Vente plus de 200 millions

Les analystes ont globalement salué cette vente. Elle prouve avant tout que l'assainissement du portefeuille de Nestlé n'est pas terminé, selon les experts de la Banque cantonale de Zurich (BCZ), interrogés par l'agence awp.

Quant au prix de vente, ils l'estiment entre 200 millions et 300 millions d'euros, soit 30%, respectivement 40% du chiffre d'affaires de Davigel. Les analystes de la Banque Vontobel jugent eux cette valorisation «plutôt basse» comparé à d'autres transactions dans le secteur.

Attendue, la nouvelle n'a pas fait de vagues sur les marchés. Vers 10h30, l'action Nestlé gagnait 0,86%, à 76,20 francs, dans un marché SMI en hausse. Le titre devrait toutefois plutôt obtenir du soutien des résultats trimestriels de son concurrent Danone, qui se sont avérés meilleurs qu'attendu. (ats/nxp)

Créé: 15.04.2015, 11h08

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.