Jeudi 21 novembre 2019 | Dernière mise à jour 13:51

Relance économique L'Europe va au-devant d'un Armageddon politique

Pour retrouver la croissance, l'Europe devra libéraliser complètement ses services, estime Dale Jorgenson. Le chemin sera difficile: un vrai «Armageddon politique», prédit le célèbre professeur de Havard.

(Image: DR)

Dale Jorgenson

Né en 1933, Dale Jorgenson est professeur d'économie à Harvard où il est titulaire de la chaire de la Samuel W. Morris University. Il a publié durant sa carrière pas moins de 31 livres et plus de 240 articles scientifiques dans des revues spécialisées.

Il a reçu en 1971 la prestigieuse médaille John Bates Clark que l’American Economic Association attribue à un économiste de moins de quarante ans pour l’excellence de sa recherche.

Ses contributions les plus remarquées ont trait au comportement des entreprises en matière d'investissement. Sa proposition, en 1997, d'introduire une taxe sur le carbone pour combattre les gaz à effet de serre a sensiblement accru sa notoriété publique.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«L'Europe va devoir mener l'un des affrontements politiques les plus difficiles de son histoire économique», prédit Dale Jorgenson. Car sans concurrence, le Vieux Continent sera incapable de créer de la croissance. Et cette concurrence nouvelle ne peut venir que de la libéralisation complète des échanges de services sur le marché intérieur européen.

L'idée n'est pas nouvelle. Le 1er ministre italien Mario Monti l'a présentée en 2010, alors qu'il était encore professeur d'économie (ndlr: le «Rapport Monti sur une nouvelle stratégie pour le Marché unique»). Mais la Commission européenne ne l'a pas entendu, regrette l'économiste américain dans une interview accordée à Newsnet/tages-anzeiger.ch.

Difficile mais nécessaire

Le professeur américain reconnaît à cet égard que si la mesure paraît nécessaire, sa mise en œuvre sera douloureuse. Elle ne pourra se faire qu'en combattant «des barrières locales profondément enracinées», explique-t-il. Avant d'ajouter qu'avec l'ouverture des marchés des services, l'Europe s'apprête à vivre «un Armageddon politique».

Le Commissaire européen Frits Bolkestein a certes proposé, en 2004, d'autoriser toute entreprise de services établie dans un pays de l'Union européenne (UE) à vendre ses services dans l'ensemble de l'espace économique européen. Mais ce principe a été dilué et soumis à de nombreuses dispositions nationales avant d'être intégré en 2006 dans les directives européennes.

«Depuis 2006, les membres de l'UE se contentent du plus petit dénominateur commun, mais cela ne suffit pas», ajoute Dale Jorgenson. Cela explique, selon lui, pourquoi l'Europe accuse aujourd'hui, dans le domaine des technologies de l'information, un retard de cinq ans par rapport aux Etats-Unis et les pays d'Asie du Sud-Est.

L'Europe comme l'Allemagne

Pour aider des pays en difficulté comme l'Espagne, par exemple, l'Europe doit conduire à l'échelon du continent ce que l'Allemagne a fait dans le cadre de la réunification entre l'Est et l'Ouest, estime l'expert de Harvard.

Le processus a été difficile, avec notamment la réforme Hartz du marché du travail (ndlr: menée entre 2003 et 2005 sous le gouvernement de Gerhard Schröder), admet Dale Jorgenson. «Mais on en voit aujourd'hui le résultat», ajoute-t-il. «L'Allemagne est le pays économiquement le plus fort de l'UE ».

Créé: 01.05.2012, 13h27

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.